Vol d’un flacon Pfizer à Compiègne : Médecin, collectionneur et voleur !

Presse auscultée. Lors de sa vaccination, un médecin d’une clinique de Compiègne n’a pas hésité à voler un flacon de vaccins. Après avoir avoué, le professionnel de santé a ramené son butin brisé… et surtout vidé. Un événement détonnant relaté par Le Parisien.

Médecin la semaine… et voleur du dimanche ! La première semaine de la vaccination, un professionnel de santé de la clinique Saint-Côme à Compiègne a subtilisé discrètement un flacon plein du vaccin Pfizer/BioNtech pour sa « collection » personnelle.
 
Les faits se sont produits durant sa vaccination. Le bras tendu, l’homme dont l’identité n’a pas été révélée a multiplié les questions à l’intention des opérateurs. « Il n’arrêtait pas de poser des questions très précises sur le mode d’administration », se souvient un des soignants interrogés par Le Parisien. Problème : après son départ, une des précieuses fioles manque à l’appel.
 
« Il avait posé tellement de questions qu’une personne a fini par le rappeler », poursuit un autre membre de communauté médicale. Le fin mot de cette histoire n’a pas tardé puisque le médecin a rapidement avoué. « Il aurait expliqué être collectionneur de flacons vides, mais celui-là était bien plein », se souvient un médecin de la clinique.  
 
Ni une, ni deux, il a été demandé au chapardeur de ramener son butin. L’homme ne s’exécutera que le lendemain. « Lorsqu’il a été rendu, il était cassé », souffle un infirmier, passablement agacé. Un coup de maître quand on connaît la solidité du récipient… « On suppose qu’il a utilisé les doses et que c’est la seule façon qu’il a trouvée pour tenter de le dissimuler », poursuit le professionnel de santé.
 
Un événement indésirable qui a fortement indigné la communauté médicale de la clinique. « Ce jour-là, ce sont cinq personnes fragiles, des aînés, qui n'ont pas pu recevoir leur première dose », rappelle un de ses membres qui s’étonne qu’aucune sanction n’ait encore été décidée. « C'était plus une erreur qu'autre chose. […] On a rencontré le praticien et on lui a dit de faire attention », argue, de son côté le directeur de la polyclinique Saint-Côme, Vincent Vessel.
 
Un avis que le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins pourrait ne pas partager. « L'ordre fera son travail, pour ne pas dire qu'il le fait déjà », a soutenu auprès du quotidien Philippe Véron, président de l'organisme, qui a alors évoqué une « affaire sensible ». Pour en savoir plus, c’est par ici.
 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

De meilleures conditions de travail, des recrutements et une revalorisation salariale. Ce mardi 15 juin, les soignants ont répondu présents à l'appel...

La pédopsychiatrie publique va mal. Un constat partagé par les nombreux professionnels du secteur chaque année de moins en moins nombreux. En cause...

Quel est l’impact carbone de votre établissement ? Si vous vous êtes déjà posé cette question, vous vous demandez sûrement comment faire pour la...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.