Un site de notation des médecins provoque l'ire de la profession

Le nouveau site MediEval4i.com vient de se lancer sur le créneau de la notation des médecins. L’Ordre et les professionnels de santé tirent à boulets rouges.
 

« Vous avez le droit de savoir qui vous soigne ! Trouvez, évaluez votre médecin ! », peut-on lire sur la homepage minimaliste du tout nouveau site MediEval4i.com, qui se présente sur Twitter comme le « 1er site indépendant d'évaluation des médecins par leurs patients ». Dans la lignée des défunts Notetondoc.com, Note2bib.com, Demica.com ou Quiconnaitunbon.com, il est apparu lundi sur la toile.

À la manière du comparateur d’hôtels et de restaurants en ligne TripAdvisor, les patients sont invités à « partager leur expérience », à évaluer l’accueil d’un médecin, la ponctualité, l’écoute, l’explication d’un traitement et le temps qui leur est consacré, résume Le Figaro. Pour se faire une idée de la réputation du praticien sur Internet, il est également possible de faire une recherche via son nom, sa spécialité, sa ville ou la localisation de son cabinet.
 
Décidé à renforcer sa crédibilité auprès des patients, le site d’évaluation des médecins (MediEval4i.com) a communiqué sur Twitter les résultats d’une étude sur les « préoccupations de santé des Français ». En partenariat avec l’institut d'études marketing Harris Interactive …

On apprend notamment dans cette « étude » que les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmologue varient entre « 46 jours » à Paris ou dans les Hauts-de-Seine, et « 124 jours dans le Grand-Ouest ». Waouh ! Ça c’est du scoop !
 
Autre volet de l’étude : les dépassements d’honoraires (évidemment) qui « sont l’exception chez les médecins généralistes et la règle chez les spécialistes », est-il précisé. Pire :  « 1 médecin spécialiste sur 2 pratique des dépassements d’honoraires supérieurs à 40 euros », note l’étude.
 
Enfin, l’étude met en avant « des défaillances graves dans l’explication des traitements ». Un sur trois n’aurait « jamais d’explications sur les effets secondaires de son traitement ». Et seul un patient sur six déclare « que son médecin lui explique les effets secondaires de son traitement » !
 
Conclusion logique : « un patient sur deux utilise des sites de prise de rendez-vous en ligne », entonnent en cœur Harris Interactive et le site d’évaluation des médecins.
Pour autant, « on ne joue pas contre les médecins, se défend Mathias Matallah, le fondateur de MediEval4i. Mais nous proposons un service gratuit et indépendant, exclusivement au service des patients qui ne sont pas toujours bien pris en charge ».

Évaluer les médecins sur des critères simplistes

 
« On n’évaluera pas la compétence médicale du professionnel de santé. Nous ne sommes pas médecins », a-t-il également déclaré à nos confrères du Parisien.
 
Mais ces propos sont loin de rassurer les professionnels de santé : « On veut évaluer les médecins sur des critères simplistes », affirme Jean-Christophe Calmes, secrétaire général adjoint de MG France.
 
« L’acte médical c’est beaucoup plus. Une consultation longue ou prise à l’heure ne veut pas dire qu’elle soit bonne et précise. Il y a énormément de facteurs qu’on ne peut évaluer », ajoute le docteur Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie du Conseil national de l’ordre des médecins, pour qui ces sites risquent « d’altérer la relation de confiance entre le médecin et le patient ».
 
Quant au Dr Jérôme Marty, le président de l’UFML, il a déclaré sur twitter, en s’adressant au fameux site : « Pas trop gêné de faire du fric sur le dos des patients et des médecins. »

Certains médecins généralistes, comme le Dr Fabien Quedeville, exigent quant à eux « la suppression du site » qui « veut évaluer les médecins mais pas sur leur compétence ».
 

Enfin, d’autres, comme le Dr Bertrand Legrand, médecin généraliste à Tourcoing demandent au nouveau site de le retirer immédiatement de leur base de données. « Ma notoriété ne sera pas votre publicité. »
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

La maltraitance vue par les médecins
Le contrat unique pourrait y mettre fin
Les soignants sont de petits dormeurs

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.