Trou de la sécu : Et si on faisait payer les patients ?

Un rapport remis au gouvernement mise sur la responsabilisation des patients

Il va falloir trouver une solution. Sur les 50 milliards d'euros d'économie prévus par le gouvernement, 23 milliards sont censés provenir de la Sécu, selon Le Quotidien du Médecin. Pour sortir notre pays de la panade financière, il faudra donc : soit améliorer la santé des français (et de ce fait supprimer les maladies chroniques), soit dynamiter notre système de santé. Cette dernière option a été sérieusement étudiée par un trio d'experts du Conseil d'Analyse Économique (CAE).

Hospit' gratuite, consult' payante

Le rapport des économistes, d'ores et déjà remis au gouvernement, et rendu public le 3 avril, propose plusieurs grands changements. L'un d'eux concerne le remboursement des patients. Tandis que l'hospitalisation serait mieux indemnisée (baisse du forfait journaliser de 18 à 8 euros), les visites chez le médecin le seraient moins. Selon My TF1 News, l'objectif est de faire payer le patient en dessous d'un certain plafond, fixé à 100 euros.

Plus responsables = moins dépensiers

Responsabiliser le patient, tel est le principe soutenu par le CAE, qui ne perd pas de vue les personnes à bas revenus. Pour ces derniers, un système de modulation voire de suppression de la franchise pourrait être envisagé. Si l'idée est surprenante, elle est loin d'être absurde. Un tel remaniement permettrait d'obtenir à la fois une meilleure répartition et une réduction des dépenses de santé. Plus responsabilisés, les patients seraient moins dépensiers.

Responsabiliser les médecins

Autre mesure proposée par le CAE : une contractualisation des prestataires de santé (nous !) avec les assureurs, en vue de NOUS responsabiliser. Avec en filigrane, la possibilité de limiter (voire d'interdire) les dépassements des médecins conventionnés. Pour l'heure, le gouvernement n'a pas encore donné suite à ce rapport. Mais vu l'importance des économies envisagées, il faudra se rendre à l'évidence du nécessaire bouleversement qui nous attend. Et qui attend nos patients.

Source: 

What's up doc - publié par AP

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.