Small penis syndrome VS micropénis

Tandis que certain(e)s restent rêveurs(euses) devant un cucumber size, d’autres ont une approche plus « less is more », louant le côté pratique et familier d’une saucisse cocktail. Des salles de garde avec phallus kilométriques aux commentaires lâchés au bloc dès la première giclée de propofol injectée, la question habite (elle était facile) le corps médical.

Alors, après 2000 ans de traditions carabines (et autant de forfanteries orthopédiques), WUD a fait la revue de la littérature (scientifique, bande de fripons) pour répondre à la question ancestrale : est-ce la taille qui compte ? Sympathique cornichon ou andouillette king size, y a-t-il une influence sur la personnalité ? Et au-delà de l’ego trip, que veulent le/la/les partenaire(s) ?

 

SMALL PENIS SYNDROME VS MICROPÉNIS

 

À vos doubles décimètres : le Small Penis Syndrome (SPS), ou « honte liée à la taille du pénis » ou encore « syndrome du vestiaire », ne peut se diagnostiquer qu’à partir d’une verge de plus de 7,5 cm en érection ou 4 cm au repos. En deçà, on est face (ou devant, c’est selon) à un médicalement objectivable micropénis. Le SPS, lui, est présent donc chez des hommes ayant un sexe considéré (par les urologues) comme anatomiquement non pathologique. Ce syndrome serait plus fréquent parmi les homos. En effet, les occasions de voir le loup seraient plus fréquentes over the rainbow que le petit coup d’œil rapidos sur la pissotière d’à côté des hétéros [1].

 

IT’S IN YOUR HEAD

 

Bon à savoir, le SPS n’est pas corrélé à la taille réelle de la zigounette. On retrouve fréquemment cette absence d’association entre substrat anatomique objectivable et détresse psychologique – oui, vous êtes le(a) seul(e) à trouver votre/vos nez/ cheveux/fesses/ventre trop grand/raides/plates/gros –. Le SPS se caractérise par des ruminations obsessives autour de la chose, un besoin compulsif de vérifier la taille et une dysmorphophobie (cf. vos bouquins de psy).

 

PROBLÈME(S) DE TAILLE(S)

 

La taille de la verge est, selon la Science, un des 3 éléments physiques préoccupant le plus les hommes, avec la taille et le poids [2].

La longueur moyenne du membre se situe entre 14 et 16 cm selon les études, pour une circonférence de 12-13 cm [3]. Elle est corrélée positivement à la taille et négativement au poids. Par contre, désolé pour les porteurs de Croc’s taille 47, mais zéro influence de la pointure [4]. Enfin, sous-estimer le gabarit de son petit oiseau est associé à plus d’éléments dépressifs et d’hypocondrie, du moins chez les militaires coréens [5].

 

(Cliquer sur l'image pour agrandir)


WHAT A GIRL (OR BOY) WANTS

 

Si 85 % des femmes interrogées déclarent être satisfaites du zizi de leur partenaire, seuls 55 % des hommes sont eux satisfaits de la taille de leur pénis [6]. Ce qui nous fait 45 % de potentiels cliqueurs sur les charmantes réclames « ENLARGE YOUR PENIS IN 10 DAYS » qui pullulent sur Internet. On a une pensée émue pour les 0,02 % d’hommes qui souhaiteraient une chirurgie réductrice.

Avant de passer sur le billard, on dédramatise donc et les auteurs [6] rappellent que, au risque de passer du cul au cucul, « la plupart des femmes placent la taille du pénis bien loin dans leurs priorités, après la personnalité et les soins apportés à l’apparence de l’homme ». Donc, au sale la blouse pleine de couscous et c’est parti mon kiki.

 

SOURCES

[1] Veale Et Al. Beliefs About Penis Size. J Sex Med. 2014

[2] Tiggemann Et Al. Beyond Muscles : Unexplored Parts Of Men’s Body Image. J Health Psychol 2008

[3] Wylie Et Al. Penile Size And The 'Small Penis Syndrome'. Bju Int. 2007

[4] Shah Et Al. Can Shoe Size Predict Penile Length? Bju Int. 2002.

[5] Son Et Al. Studies On Self-Esteem Of Penile Size In Young Korean Military Men. Asian J Androl. 2003.

[6] Lever And Al. Does Size Matter? J Health Psychol 2008

Portrait de Jean-Victor Blanc
article du WUD 37

Vous aimerez aussi

Galien, Hippocrate et Nostradamus [1] auraient été de fervents adeptes de l’astrologie. Cette science ancestrale cherche aujourd’hui sa place. Car,...
Chaque fin d’année, la même rengaine. `A peine la première guirlande lumineuse au balcon et on voit rouge. On se reprend à rêver d’une wish-list...
`A peine le mercure s’affole que, de lits fermés en secrétariat aux abonnés absents jusqu’au 15 septembre, l’envie de vacances se fait aussi...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.