Rémunération de l'intérim à l'hôpital : la FHF souhaite « un calendrier clair »

La FHF réclame dans une tribuné à Libé « un calendrier clair » d'application de la réforme encadrant les tarifs de l'intérim médical que le gouvernement a reporté à l'année prochaine, en raison des pénuries de personnels à l'hôpital.

Dans une tribune au journal Libération (accès abonnés), la Fédération hospitalière de France (FHF) demande au gouvernement de clarifier le calendrier d'application de la réforme encadrant les tarifs de l'intérim médical. « Il est plus que temps de rappeler à l'ordre les maîtres chanteurs de l'hôpital public », ajoute-t-elle, demandant la rédaction d'« une charte de moralisation » associant « tous les acteurs concernés, sociétés d'intérim, Conseil national de l'ordre des médecins et Fédérations hospitalières ». « Pour toute suspicion d'abus, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) devrait être systématiquement saisie », poursuit la FHF.

Le gouvernement a annoncé jeudi qu'il reportait « l'application stricte » de la réforme. Le contrôle « du respect du plafond réglementaire » interviendra « dès que possible en 2022 ». La décision a été prise au vu « du contexte actuel avec notamment une situation sanitaire et hospitalière marquée par des mois de mobilisation pour lutter contre le Covid ».

Bête noire

Une nouvelle loi promulguée fin avril prévoyait le contrôle de l'intérim médical avec d'une part « le rejet d'un paiement au-delà du plafond réglementaire » et le signalement des cas au tribunal administratif, le tout à partir du 27 octobre.

Prospérant sur la pénurie de médecins, l'intérim médical est devenu la bête noire du gouvernement, qui peine à encadrer les tarifs faramineux que certains hôpitaux acceptent de régler pour ne pas fermer leurs urgences, leurs blocs opératoires ou leur maternité. Le salaire brut maximum pour une journée de vingt-quatre heures de travail a ainsi été fixé à 1.170,04 euros depuis 2020.

Avec AFP

Lire aussi :

A l'hôpital d'Arles, l'intérim médical, une urgence vitale

L'intérim médical, symptôme d'un hôpital affaibli

Intérim médical : mais qui sont donc les mercenaires ?

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Deux syndicats ont appelé vendredi les médecins coordonnateurs des maisons de retraite à refuser d'administrer la 3e dose de vaccin anti-Covid aux...

Dans le cimetière de Thiais, au sud de la capitale française, des familles ont rendu hommage samedi à leurs proches qui avaient fait don de leur...

Psychiatres, psychologues, orthophonistes, éducateurs... Quelques centaines de professionnels ont manifesté jeudi devant le ministère de la Santé à...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.