Réforme : mi-flou, mi-septembre

Agnès Buzyn est rentrée

Invitée de France Info ce mardi, la ministre de la Santé a confirmé une annonce au cours du mois de septembre sur les chantiers de la transformation du système de santé.
 
Les vacances furent courtes pour Agnès Buzyn, qui avait dû reporter son départ pour faire le job pendant l’épisode caniculaire. C’est en pleine forme et incisive que nous l’avons retrouvée sur le plateau de France Info, le 21 août. Et elle l’a assuré : la présentation de sa réforme du système de santé est prévue pour la mi-septembre. Point phare : la réorganisation de la médecine de proximité.

Petite offensive du journaliste, Jean-Jérôme Bertolus : « Cela veut dire plus de gardes et de permanences pour la médecine de ville ? » Agnès Buzyn tente de botter en touche sur la réorganisation de proximité autour des pathologies chroniques. « Faut-il plus de contraintes pour la médecine de ville ? », insiste le journaliste. « Il y aura une organisation qui permettra aux médecins de ville d’être présents, plus qu’aujourd’hui, sur les périodes de garde, parce que les services d’urgences réceptionnent énormément de malades qui n’ont pas besoin d’aller aux urgences », reconnaît la ministre. On se rapproche, mais on ne répond toujours pas...

 

Vous reprendrez bien un peu de gardes ?

« Et dans les déserts médicaux, ça ne passe pas par un peu plus de contraintes ? », insiste un Bertolus portant un sourire en coin, et que la ministre voit venir de loin. « La proposition que nous allons faire, ce sont des organisations territoriales où des groupes de médecins, avec des hôpitaux de proximité, pourront être en charge d’une population et d’un territoire, et s’organiseront », finit par lancer Agnès Buzyn. Retour du tour de garde obligatoire abandonné en 2002, conventionnement sélectif ? Peu probable, pour une ministre qui ménage ses médecins depuis son arrivée avenue Duquesne. Mais face à l’érosion du volontariat pour les astreintes, il va falloir trouver quelque chose d’intéressant. La ministre ménage le suspens, et donne rendez-vous mi-septembre pour plus de détails.

Si  cette annonce a pris du temps, et a été plusieurs fois reportée, c’est en raison d’une franche concertation avec les groupes de travail formés de professionnels de santé, qui a pris du temps, explique la ministre. « Les derniers arbitrages sont en cours », assure-t-elle. Ce n’est pas l’avis de Rachel Bocher, présidente du syndicat des PH, qui expliquait début août à What’s up Doc qu’elle attendait encore des échanges concrets. « Parfois, je me demande même s’il va y avoir une réforme », annonçait-elle, un peu dépitée.

 

Trois grosses semaines !
Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Ces mesures santé qui nous intriguent (épisode 2)
Rencontre avec l’économiste Christophe Marques, du cabinet Asterès

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.