ReAGJIR fait réagir Jeunes médecins sur la suppression du secteur 2

Reagjir et Jeunes médecins se disputent sur fond de suppression du secteur 2.

La Grand débat national est propice à des prises de becs, comme en témoigne cette algarade entre les syndicats Jeunes médecins et ReAGJIR. Au chapitre de la suppression du secteur 2, les avis divergent. C'est le moins que l'on puisse dire. 

Les propositions du syndicat ReAGJIR, dans le cadre du Grand débat national, font débat au sein de la profession. Présentées début mars, ses mesures ont été déclinées selon cinq axes : améliorer l’accès aux soins, renforcer la formation des médecins, sécuriser le début d’exercice des jeunes médecins, innover en santé, transformer le système de santé.

En tout et pour tout, ce sont dix chantiers de réforme qui sont proposés par le syndicat de jeunes médecins généralistes. Pour rappel, les contributions au Grand débat national pourront se poursuivre jusqu’à la fin de cette semaine, le 18 mars. Le président Emmanuel Macron devrait proposer début avril des mesures inspirées des propositions remontées dans le cadre du Grand Débat.

Accès aux soins et accès de colère

Va-t-il retenir celles de ReAGJIR ? En tous les cas, elles ont détonné dans le milieu feutré du syndicalisme médical. Surtout au chapitre de l’accès aux soins pour tous. Car ReAGJIR propose ni plus ni moins la suppression des dépassements d’honoraires. « Le conventionnement médical en deux secteurs à tarification distincte est aujourd’hui le symbole d’une médecine à deux vitesses », commence le syndicat dans sa plaquette de présentation. Et de poursuivre : « Cet encadrement tarifaire plus important devra nécessairement s’accompagner d’une réévaluation de certains actes médicaux, d’une meilleure prise en compte des facteurs économiques contribuant au dépassements d’honoraires », ajoute-t-il. Des propos qu’il a réitérés dans cette interview qu’il nous a accordée la semaine dernière :

Il n’en fallait pas plus pour faire bondir le syndicat Jeunes médecins. Dans un communiqué paru vendredi dernier, l’ancien syndicat de chefs de cliniques se pose la question : « Mais qui sont les jeunes médecins de ReAGJIR ? » Pour y répondre aussitôt : « Yannick Schmitt, Président de ReAGJIR, a fait savoir que son organisation se positionnait en faveur de la suppression du secteur 2... Vieille lubie que celle-ci !!! L’argument mis en avant est celui du pragmatisme... De qui se moque-t-on ? »

Considérant que cette volonté de supprimer le secteur 2 est une attaque corporatiste d’un syndicat de médecins généralistes contre les spécialistes, Jeunes médecins prend ses distances vis-à-vis d’une lutte de factions, et préfère arborer une noble attitude : « Si demain des mesures coercitives s’adressaient spécifiquement aux jeunes collègues spécialistes de médecine générale, ceux-ci nous trouveraient unis derrière eux pour défendre la liberté d’installation ». Et d’appeler le syndicat ReAGJIR à la raison « afin de ne pas reproduire les querelles ancestrales et iniques entre médecine générale et autres spécialités ». Si le syndicat Jeunes médecins reste fair play, l’Union française pour une médecine libre (UFML-S), sur le réseau social Twitter, sort la grosse artillerie pour dire tout le mal qu’il pense et de ReAGJIR et de ses propositions :

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.