Pourquoi la sécu a-t-elle envoyé en garde à vue un MG d'Orléans

Un médecin en garde à vue, c'est pas commun.
Un médecin en garde à vue, c'est pas commun.

Un médecin généraliste orléanais a été placé en garde à vue, suite à une plainte de sa caisse primaire d'assurance maladie. Sur Twitter, chacun y va de son explication. 

Le jeudi 4 juillet dernier, les patients du dr Jean-Marc Blanchon ont eu la désagréable surprise d'apprendre que leur médecin préféré ne pourrait assurer ses consults pour cause de mise en garde à vue. C'est un simple mot sur la porte de son cabinet, crayonné à la main par le médecin, tel que le reproduit des quotidiens locaux (ici et ), qui a averti ses patients. La cause de la garde à vue, selon le Dr Jean-Marc Blanchon, parait pour le moins surprenant : "la sécu a porté plainte contre moi car je vois trop de patients", explique le médecin généraliste orléanais. Il n'en fallait pas plus, bien sûr, pour enflammer les réseaux sociaux. Le Dr Marty, président de l'UFML, (Union française pour une médecine libre) a été parmi les premiers à dégainer un tweet, en interpellant Agnès Buzyn et Nicolas Revel, pour leur demander s'ils souhaitait organiser le déconventionnement à grande échelle des médecins :

Le Dr Marcel Garrigou Granchamp, de la Fédération des médecins de France (FMF) pense quant à lui qu'il a été convoqué pour fraude, tout en soulignant le zèle de l'assurance maladie à dénoncer sans raisons des actes soi-disant frauduleux :

Selon Maitre Eolas, un avocat bien connu sur le réseau social Twitter, il s'agit d'une convocation à la gendarmerie pour de fausses déclarations. Il reprend pour le coup les informations du quotidien La République : 

Comme pour illustrer ce que peut être une fraude à l'assurance maladie, le Dr Jean-Jacques Fraslin a pour sa part ressuscité une affaire relayée par Ouest-France de fraude à l'assurance maladie.

Il s'agissait d'un médecin de Pontivy qui facturait à ces patients deux facturations à 25 euros à la place d'une seule, plutôt que de leur faire une consultation avec dépassements d'honoraire à 50 euros. « Je suis en secteur 2, je voyais que les gens avaient de plus en plus de mal à payer, ça limitait leur accès aux soins alors je facturais deux consultations à 25 € au lieu d’une de 50 €, pour qu’ils soient mieux remboursés", s'était justifié ce médecin. Il avait été condamné le 21 mars dernier à une amende de 5000 euros. D'autres Twittos ont souligné le fait que Orléans est une ville en zone sous-dense, et que cette garde à vue ne va rien arranger à la situation.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Chacun défend son bout de gras
Auditionnés hier par la Haute autorité de santé (HAS), les experts des labos fabricants d'homéopathie ont fait valoir que le mode d'évaluation de l'...
3 questions au président de l'asso des internes en psy lillois.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.