Plan prévention : Les libéraux satisfaits

Malgré quelques critiques à la marge

Le Premier ministre Edouard Philippe et sa ministre de la Santé Agnès Buzyn ont présenté lundi à Matignon, à l’issue d’un comité interministériel de santé, 25 mesures pour renforcer la politique de prévention en France. Les syndicats de médecins libéraux ont accueilli avec bienveillance ce plan du Gouvernement, malgré quelques critiques à la marge.

« La santé est d’un plus grand prix que les richesses d’un malade. » C’est avec cette citation de Platon datant du IVème siècle avant notre ère que la ministre de la Santé a présenté le plan du Gouvernement pour renforcer la politique de prévention en France. Pour Agnès Buzyn, il faut cesser d’opposer la médecine réparatrice et la prévention en santé.

Il s’agit d’assumer « le choix de réorienter notre système santé au bénéfice de la prévention, mais sans rien abdiquer de l’excellence de notre système de soins ». Voilà pour la philosophie. Quant aux 25 mesures, elles ont été découpées selon les âges de la vie : la grossesse et les 1 000 premiers jours d’un nouveau-né, la santé des enfants et des jeunes, la santé des adultes de 25 à 65 ans pour une vie en bonne santé et bien entendu le vieillissement et la prévention de la perte d’autonomie.

Des mesures financées à hauteur de 400 millions d’euros pour 5 ans

Le plan Prévention est « un des quatre piliers de la Stratégie Nationale de Santé, adoptée par le Gouvernement le 20 décembre dernier », rappelle la ministre dans son discours. Parmi ses mesures-phares, financées à hauteur de 400 millions d’euros pour 5 ans, la supplémentation des femmes enceintes en vitamine B9 pendant la grossesse, le remboursement des traitements de sevrage tabagique ou la volonté d’éradiquer l’hépatite C d’ici à 2025.

Les syndicats de médecins libéraux ont salué les mesures du Gouvernement. MG France se satisfait notamment de l’extension des examens de santé pour les enfants prix en charge à 100 % par la Sécu, qui s’étalent désormais de 0 à 18 ans, au lieu de 0 à 6 auparavant. Même si le syndicat demandait l’exonération du ticket modérateur pour les soins primaires, il estime que cette décision, « bien que limitée, s’inscrit dans cette direction ».

Un plan globalement bien accueilli

Une autre mesure fait consensus : la mise en place d’un programme national de dépistage du cancer du col de l’utérus. Le plan Prévention prévoir l’élargissement de la couverture de son dépistage pour parvenir à une couverture générale de 80 %. « La majorité des frottis de dépistage est réalisée par les médecins généralistes », rappelle MG France.

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) salue également la mesure, ainsi que l’objectif du Gouvernement visant à lutter contre l’obésité : le plan prévoit l’intégration de consultations diététiques, des bilans d'activité physique ou consultations psychologiques, voire de séances d’activité physique, dans des forfaits spécifiques. Par ailleurs, MG France approuve aussi la généralisation de la vaccination anti-grippale chez le pharmacien, mais le syndicat souhaite que la mesure soit « couplée à la mise à disposition de stocks de vaccins chez le médecin généraliste », pour améliorer la couverture vaccinale.

Quid de la formation à la prévention ?

Côté négatif, la CSMF regrette tout de même un manque d’ambition sur la période des 26-65 ans, et « l’absence d’un véritable plan de prévention personnalisé pour chaque Français ». Il faudrait, selon le syndicat, plus de consultations longues aux âges clés de la vie. Cela permettrait de mettre à jour les vaccinations, d’informer les patients, de prévenir certaines pathologies…

Enfin, le Syndicat des médecins libéraux (SML) lui est à fond derrière le Gouvernement. Les 25 mesures « vont dans le bon sens » et il s’agit d’une « prise de position forte qui engage plusieurs ministres et le chef du Gouvernement ». Le SML propose néanmoins des mesures complémentaires pour « soutenir le plan du Gouvernement », parmi lesquelles l’inscription de la prévention dans la formation initiale et les priorités du DPC. Et oui, même pour les collègues, mieux vaut prévenir que guérir !

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le Dr Gérald Kierzek, médecin  urgentiste à l'Hôtel-Dieu (AP-HP) s'est indigné ce  samedi du recueil de données  nominatives sur les...
L’association française de chirurgie (AFC) vient d’effectuer le renouvellement de son bureau sous le signe de la parité et lance la campagne #...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.