Les médecins de la FPH palpent 5557 euros en moyenne

Le salaire net moyen des médecins de la fonction publique hospitalière (FPH) s’élevait à 5 557 euros par mois en 2017, contre 2 288 euros pour les agents de la FPH en 2017, selon une étude récente de la Dress.
 

Les chiffres viennent de tomber. Le salaire net moyen en EQTP (salaire en équivalent temps plein) des personnels médicaux (praticiens hospitaliers, PU-PH, pharmaciens, chirurgiens-dentistes…) de la fonction publique hospitalière (FPH) s’élevait à 5 557 euros par mois en 2017, selon une étude récente de la Dress.  Soit une hausse de 1,4 % en euros courants, soit 0,4 % en euros constants par rapport à 2016.
 
À titre de comparaison, le salaire net moyen en EQTP des agents de la FPH s’établissait en 2017 à 2 288 euros par mois, soit une hausse de 1,3 % entre 2016 et 2017 en euros courants. Corrigé de l’inflation (en euros constants), il augmente de 0,3 %, soit moins qu’en 2016 (+0,4 %) et 2015 (+0,8 %), mais davantage qu’entre 2011 et 2014 (-0,2 % en moyenne par an).
 

Par ailleurs, celui des fonctionnaires s’élevait à 2 145 euros nets en moyenne par mois, en hausse de 0,3 % en euros constants par rapport à 2016. Les contractuels percevaient en moyenne 1 639 euros nets par mois en EQTP (hausse de 1,7 % en euros courants, soit 0,7 % en euros constants). Cette hausse s’explique en partie par la baisse de la proportion de contrats aidés, dont les salaires sont parmi les plus bas. Quant aux salariés, ils gagnaient en moyenne 2 352 euros nets en EQTP par mois dans les hôpitaux et 1 846 euros dans les établissements médico-sociaux (EMS).
 
Si l’on rentre un peu plus dans les détails, la moitié des salariés de la FPH touchaient un salaire net en EQTP d’au plus 1 935 euros par mois, selon la Dress qui ajoute que ce salaire médian progresse de 1,6 % en euros courants, soit 0,6 % en euros constants. En bas de l’échelle, les 10 % de salariés les moins rémunérés percevaient un salaire net mensuel d’au plus 1 474 euros. En haut de l’échelle, les 10 % les mieux rémunérés gagnent au moins 3 199 euros.

20,5 % d'écart entre les hommes et les femmes

Malheureusement, les écarts de rémunération entre les hommes et les femmes sont toujours aussi importants. Le salaire net en EQTP des femmes dans la FPH s’élevait en moyenne à 2 164 euros par mois, soit 20,5 % de moins que celui des hommes (2 722 euros).

Quasiment stable par rapport à 2016, « cet écart traduit principalement des répartitions différentes des femmes et des hommes selon les métiers (catégorie hiérarchique, statut, filière d’emploi). Ainsi, plus de trois agents de la FPH sur quatre sont des femmes alors qu’elles représentent 50 % des personnels médicaux et 87 % des aides-soignants », selon la Dress.

Enfin, à statut identique, les écarts salariaux entre les femmes et les hommes sont de fait plus réduits mais persistent : les femmes gagnaient 2,1 % de moins parmi les fonctionnaires et 8,3 % de moins parmi les contractuels. L’écart est cependant plus fort au sein des personnels médicaux (16,3 %). Il ne s’explique que partiellement par la différence d’âge.

Conclusion de la Dress ? « À statut, âge, filière d’emploi et catégorie hiérarchique identiques, les femmes perçoivent 3,5 % de moins que les hommes, un écart quasiment stable par rapport aux années précédentes. »
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Demain, 8 juillet, les représentants des Padhue (praticiens diplômés Hors Union européenne) seront reçus à la DGOS pour une concertation sur le...
Presse auscultée. Si les faits sont avérés, un chirurgien qui officiait jusqu'en 2017 au centre hospitalier de Jonzac aurait agressé sexuellement...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.