Les jeunes médecins applaudissent les députés qui ont rejeté les mesures anti-liberté d'installation

Le 24 janvier dernier, les députés de la commission des Affaires sociales ont rejeté un article de loi qui tendait à conventionner de manière sélective les médecins dans les zones surdotées. Les jeunes médecins et internes sont satisfaits. 

Au moins une fois par an, un député ou sénateur tente sa chance en proposant un amendement ou une proposition de loi tendant à obliger les médecins à s’installer dans les zones désertifiées. Cette année, c’est le député socialiste  Guillaume Garot (Nouvelle gauche, Mayenne), qui a tenté sa chance. En décembre dernier, il dépose http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion1542.asphttp://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion1542.asp, laquelle proposition a été renvoyée devant la commission des Affaires sociales ce 23 janvier dernier.

Conventionnement sélectif 

Ce texte proposait la mise en place d’un conventionnement sélectif pour résoudre les difficultés d’accès aux soins. L’article 2 de ce texte proposait en effet un conventionnement sélectif pour les zones surdotées et uniquement pour les médecins exerçant en secteur 2. Cet article a été rétoqué par la commission, estimant « qu’imposer, tel qu’il est prévu, ce conventionnement sélectif dans les zones où l’offre de soins est élevée, engendrerait une baisse du nombre de conventionnement en secteur 1 des médecins souhaitant s’y installer ». Les députés ont par ailleurs supprimé l’article 3 de cette loi qui visait à assouplir les conditions d’emploi des praticiens hospitaliers diplômés hors Union européenne (Padhue). Si le député Guillaume Garrot est sorti déçu de cet examen de loi - sur les 6 articles initiaux n'en subsistent plus que deux - qui devrait passer en séance publique le 31 janvier prochain, les syndicats d’internes et de jeunes médecins en ont été réjouis. 

Syndicats d'internes et de jeunes médecins réjouis

Ils se sont, pour l’occasion, fendu d’un communiqué de presse commun, regroupant l’Anemf, l’Isni, l’Isnar-IMG. Auditionnées le 16 janvier dernier, ces associations et syndicats d’internes ont exprimé leur opposition à toute mesure de coercition. « Les jeunes et futurs médecins constatent qu’ils ont été écoutés et saluent la suppression de cette mesure de la proposition de loi », se réjouissent-ils. Même s’ils se disent conscients des difficultés d’accès aux soins. Pour y pallier, ils préconisent d’organiser le cursus de la formation initiales dès les premières années dans les territoires. Et surtout, de faire en sorte que lesdits territoires soient attractifs. 

Réagjir, le syndicats de jeunes médecins généralistes, « se réjouit de ce rejet qui n’aurait pas remédié au problèmes d’accès aux soins et rappelle que des mesures incitatives ont fait leur preuve ». 
 

 

Et de citer des mesures qui ont fait la preuve de leur efficacité comme le dispositif de praticien territorial de médecine générale, qui permet de garantir un revenu et une protection sociale de qualité aux jeunes médecins. Depuis 2012 ce sont quelque 800 médecins qui ont pu profiter de cette initiative. Reagjir cite aussi le contrat d’engagement de service public (CESP) qui, contre une rémunération de 1200 euros versés aux étudiants et internes, les enjoint ensuite à exercer pendant un temps donné dans une zone sous-dotée. 
 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Rencontre avec le Dr Pierre De Haas
Contrat d'accès aux soins: passera, passera pas ?
Et si, par exigence, nous étions nos propres bourreaux ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.