Les élèves directeurs d’hôpital plus verts que verts

Les élèves directeurs de l’EHESP sont de fervents défenseurs de la transition écologique à l’hôpital. La preuve : ils ont consacré leur colloque annuel à ce thème, et viennent d’en publier les actes. Une source d’inspiration pour les médecins ?

Il fut un temps où parler d’écologie à l’hôpital revenait un peu à prêcher dans le désert. Ce temps est révolu, et les initiatives en faveur d’établissements plus durables se multiplient. Dernier événement en date : la publication par les élèves directeurs d’hôpital de la promotion Louis-Lareng de l’École des hautes études de santé publique (EHESP) des actes de leur colloque annuel qui portait sur… la transition écologique à l’hôpital. Le document a le mérite de synthétiser une journée d’échanges qui s’est tenue à Rennes en juillet dernier, mais il marque surtout l’avènement d’une nouvelle génération de managers plus sensibles aux enjeux écologiques.

« Le colloque est un événement organisé tous les ans par les élèves directeurs d’hôpital, précise Lisa Meilleur, élève de la promotion Louis-Lareng qui a fait partie des chevilles ouvrières du projet. L’année dernière, quand nous avons voté pour choisir quel en serait le thème, il n’y a pas eu besoin de deuxième tour : la majorité avait choisi la transition écologique dès le premier. » S’en sont suivis des mois de travail, bien sûr perturbés par la crise sanitaire, pour aboutir à une journée balayant les grandes problématiques d’ordre général dans la matinée, avant de se focaliser sur des thématiques plus précises dans l’après-midi, en ateliers : tri des déchets, politiques de mobilité, achats durables, efficience énergétique…

La volonté, lors de ces derniers, a été d’être le plus pragmatique possible, ce qui en fait certainement l’élément le plus intéressant des actes publiés par les élèves directeurs. On y apprend par exemple que « les déplacements représentent l’un des premiers postes d’émission de gaz à effets de serre pour les établissements », ou encore que « le bloc opératoire est responsable à lui seul de près de 40 % de l’impact environnemental hospitalier ». De quoi donner des pistes pour l’action.

Un thème porteur

Côté organisation, Lisa Meilleur remarque qu’il « n’a pas été très difficile de trouver des intervenants sur le sujet, car c’est une thématique sur laquelle de plus en plus de personnes s’investissent ». D’ailleurs, « nous étions plusieurs à avoir des missions concernant le développement durable dans nos stages », indique-t-elle. Et elle n’a pas l’intention de lâcher le morceau. « Je vais prendre un poste d’affaires médicales en janvier, et je compte bien en profiter pour recueillir les idées des médecins sur la transition », affirme la jeune femme qui a par ailleurs déjà balisé le terrain pour s’investir dans le comité « développement durable » de son futur établissement.

Il faut dire qu’en temps que profession, les directeurs d’hôpital semblent véritablement s’être emparés de la transition écologique. Les 14 et 15 octobre derniers, les journées nationales de l’Association des directeurs d’hôpital (ADH) s’intitulaient d’ailleurs « vers un hôpital durable ». Toute la question étant de savoir si, de leur côté, les médecins sont au même rythme. On peine pour l’instant à identifier des initiatives comparables à celles prises par les directeurs, mais soyons optimistes : cela ne saurait tarder.

Portrait de Adrien Renaud

Vous aimerez aussi

Les services de Matignon ont compris la douleur de l’hôpital de Laval en Mayenne. C’est 80 millions d’euros qui vont lui être alloués pour pallier la...

Double actualité pour le CNPH. Il est à la fois retardé de trois semaines et se lance dans une formule renouvelée plus fluide, l’occasion d’en parler...

Médecin aux urgences de l'hôpital de Draguignan (Var) qui ont dû, faute de personnel, fermer la nuit, comme d’autres hôpitaux qui adaptent leurs...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.