Le numéro d’appel unique d’urgences fait débat

Les syndicats ne comptent pas dessus

15, 17, 18, 112, 114, 115, 116 117, 119, 196… Les numéros d’urgence sont nombreux, générant une logistique importante, et parfois des confusions chez les usagers. Le Gouvernement a annoncé sa volonté de mettre un petit coup de balai, et de tous les regrouper vers un numéro et une plateforme d’appel unique, notamment pour le 15, le 17 et le 18. Comme ce qui se fait en Amérique du Nord, où le 911 concentre les appels.

Un rapport commandé à l’inspection générale de l’administration (IGA) et à l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), attendu pour le mois de mai, est en cours d’élaboration.

Mais pour MG France, la CSMF, le Syndicat des médecins libéraux (SML), la Fédération des médecins de France (FMF) et Samu-urgences de France (SUDF), ce regroupement est dangereux. Ils craignent que les appels de détresse vitale soient « noyés » dans le flot d’appels.

Risque de perte de chance

Ils redoutent un « risque de perte de chance pour le patient dont l’appel serait filtré par des personnels non médicalisés, rallongeant ainsi son délai de prise en charge avec toutes les conséquences néfastes, voire même catastrophiques que cela génèrerait ». Dans le cas, par exemple, d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC, pour lesquels la régulation centralisée pourrait faire perdre un temps précieux.

« La prise en charge des appels urgents, de permanence de soins et de soins non programmés, repose en France depuis plus de 20 ans avec succès sur une régulation médicale préalable », expliquent les organisations qui ont publié un communiqué commun le 28 février. Elles reconnaissent que certains numéros pourraient être regroupés, mais défendent l’indépendance des deux qui sont destinés aux problèmes d’ordre médical, à savoir le 15, et le 116 117, destiné à la permanence des soins, et qui devait être mis en place en janvier.

Crédit photo : Le père Noël est une ordure (Trinacra Films, Films A2 et Les Films du Splendid)

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

L’hospitalité fait grincer des dents
Hôpitaux et cliniques : du rêve à la réalité

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.