La veuve d’un médecin mort du Covid porte plainte pour homicide involontaire

La veuve du Dr Djemoui a déposé plainte pour homicide involontaire. Elle reproche aux pouvoirs publics de n'avoir pas pris toutes les mesures, notamment l'octroi de masques, pour pouvoir protéger son époux contre le Covid19. 

C’est le 2 avril dernier que le Dr Ali Djemoui, médecin généraliste de Champigny-sur-Marne, est décédé à l’hôpital de Garches des suites du Covid19. Le 20 mai dernier sa veuve a décidé de porter plainte pour homicide involontaire devant le tribunal de Créteil, assisté par Maitre Di Vizio. Sa femme, qui était salariée par son époux, « veut se battre pour lui », nous a-t-elle confié. Car elle estime que feu son époux a été exposé à des patients Covid sans que l’État ne lui fournisse les protections nécessaires. « Le Dr Djemoui était mobilisé dès la fin du mois de février, au moment où l’État affirmait que les médecins généralistes n’étaient pas au contact de patients Covid », explique Maitre Di Vizio. « Pendant tout ce temps, entre fin février et mi-mars, les médecins généralistes n’ont pas eu droit aux masques dont ils avaient besoin, même chirurgicaux », poursuit-il. « Mon époux dès le mois de février a reçu beaucoup de patients qui toussaient, avaient de la fièvre, etc. On ne se doutait pas qu’il pouvait s’agir de patients Covid. D’ailleurs, en mars, lorsque l’ARS a demandé à mon époux de prendre en charge des patients Covid, celui-ci a refusé car il n’avait pas les protections nécessaires pour les prendre en charge correctement », se rappelle sa veuve.

Anorexie, asthénie

Le Dr Ali Djemoui a été hospitalisé le 27 mars à l’hôpital local Sainte-Camille à Bry-sur-Marne, « mais il était atteint d’asthénie et d’anorexie depuis une dizaine de jours », se souvient sa veuve. Son état se dégradant, il a été transféré à l’hôpital de Garches le 30 mars, où on lui a diagnostiqué le Covid19, et s’est éteint le 2 avril. « La plainte que nous avons déposé est une plainte contre X mais qui vise plus particulièrement la DGS, l’ARS mais aussi le Conseil national de l’ordre des pharmaciens, explique Maitre Di Vizio. Il y a une abstention de prendre les mesures pour lutter contre le Covid19. Par ailleurs depuis le 20 mars,  on savait que les pharmaciens pouvaient importer des masques, il fallait que l’Ordre des pharmaciens donne des consignes pour le faire, mais il s’est abstenu. » Maitre Di Vizio compte aussi saisir la Cour de justice de la République (CJR) car « il aurait fallu que les pouvoirs publics déclenchent la phase 3 dès la fin du mois de février ». La veuve du Dr Djemoui n’a reçu pour l’heure aucune aide financière, ni de la sécurité sociale, ni de la CARMF. « On me dit aussi que je suis trop jeune pour percevoir la retraite de mon époux », se désole-t-elle. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le druide de la Roche-Jaudy a remporté le 1er prix de la meilleure campagne de recrutement de médecins, co-organisé par l’Université des déserts...
La Fédération des CPTS (FCPTS) avance la création de 500 CPTS mais souhaite s'entretenir avec le tout nouveau ministre de la Santé au sujets des...
Résistance à l'italienne

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.