Indemnisation des praticiens libéraux en établissements privés : pourquoi tant de lenteurs ?

Les praticiens libéraux ayant participé à la prise en charge des patients en unité de tri n’auraient toujours pas été indemnisés, selon Les Spécialistes CSMF qui dénoncent des lenteurs administratives incompréhensibles.

Les praticiens libéraux ayant participé à la prise en charge des patients en unité de tri, en secteur d'hospitalisation de Co-horting Covid19, ainsi qu'en service de réanimation au sein des établissements privés à but lucratif, sont toujours dans l’attente d’une indemnisation, regrettent Les Spécialistes CSMF dans un communiqué daté du 27 août. Notamment dans la région Grand-Est qui a été particulièrement touchée par la pandémie.
 
Le ministère de la santé a pourtant bien transmis aux ARS une note d'information précisant les modalités de rémunération des praticiens, tandis que le syndicat aurait à plusieurs reprises attiré l'attention des ARS sur la situation des confrères concernés.
 
Or, malgré les démarches entreprises par les praticiens et les établissements, ces dispositions n’auraient pas été mises en application par une administration « tatillonne » qui « multiplie les obstacles et les arguties », estiment Les Spécialistes CSMF qui ne comprennent pas « une telle inertie, un tel acharnement à multiplier les formulaires, alors qu'ils ont bien d'autres préoccupations pour apporter les meilleurs soins à leurs patients dont certaines ont malheureusement subi des retards de prise en charge ».
 
Le syndicat déplore « le peu de considération » à l'égard des confrères concernés, mais aussi « la complexification des démarches dont l'administration a le secret » et demande donc instamment que « les procédures administratives soient simplifiées pour permettre aux praticiens de bénéficier d'une juste indemnisation dans les meilleurs délais ».
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Contre la réforme des retraites, mais aussi pour une vraie revalorisation des actes, des syndicats de médecins associés au collectif SOS retraite...
Il était temps pour Yves Charpak
Avancée ou arnaque ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.