Homéopathie : la querelle se règlera aussi au tribunal

Jean-Jacques Fraslin, pourfendeur de l’homéopathie avec les #NoFakemed, était convoqué le 12 juin au tribunal correctionnel de Créteil pour se défendre d’une plainte pour diffamation. Les messages de soutien se sont multipliés sur Twitter.

Il y a les signataires et sympathisants de la tribune #NoFakemed, il y a les membres du collectif… Et il y a Jean-Jacques Fraslin. Le généraliste de la région nantaise, pour ses péchés anti-homéopathie, comparaissait ce mercredi 12 juin devant le tribunal correctionnel de Créteil pour diffamation.
 

Pourquoi ? Parce que le Twittos de l’extrême (122 000 tweets, quand même) est allé un peu plus loin que les autres dans la bataille contre l’homéopathie en s’en prenant sur le réseau social, en octobre 2018, à Daniel Scimeca, médecin généraliste-homéopathe-acupuncteur-sophrologue-mésothérapeute en région parisienne. L’affrontement semblait inévitable. Mais en s’en prenant nommément au Dark knight, Jean-Jacques Fraslin s’est exposé au courroux de son adversaire.

Qui a dit « charlatan » ??

Le médecin nantais aurait, d’après son confrère francilien, « dépassé les limites du débat en s’en prenant par des attaques ad hominem à des praticiens de l’homéopathie et des médecines complémentaires ». « Le post Twitter litigieux [supprimé depuis, NDLR] expose sans aucune équivoque et sans aucune réserve que le Docteur Scimeca rédige des ouvrages charlatanesques et a une pratique médicale qualifiée de charlatanisme », souligne-t-il dans sa plainte. Il demande 5000 euros en réparation du préjudice subi et 3000 pour les frais de justice. Des demandes bien concentrées, une fois n’est pas coutume.
 
Le président de la Fédération française des sociétés d’homéopathie (ah oui, ce n’est pas qu’un simple homéopathe) a donc fait face au Dr Fraslin qui, pour se défendre, avait à ses côtés deux pointures : le Pr Marcel-Francis Kahn, ancien chef du service de rhumatologie de l’hôpital Bichat et pionnier de la lutte contre l’homéopathie (accomplissement dilué dans un océan) dès les années 1980, et Maître Eolas, avocat au barreau de Paris, célèbre notamment pour son blog juridique.
 
En fait, le face à face n’a pas eu lieu…
 

L’audition semble en revanche s’être bien déroulée pour les #NoFakemed. Maître Eolas « aime les affaires de diffamation où il n’est pas le prévenu », et semble plutôt confiant.
 

Dans tous les cas, le MG nantais a derrière lui une communauté qui le soutient.
 

 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Les chirurgiens solidaires
Si, pour l'heure, seulement trois jugements ont été prononcés contre des médecins ayant signé la tribune #Fakemed, en revanche de nombreux autres...
Un collectif de médecins urgentistes tire la sonnette d’alarme à l’approche de l’été. Il demande des lits d’hospitalisation d’aval, des infirmiers et...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.