Harcèlement moral : le directeur du CH d'Arras blanchi

Des médecins avaient porté plainte contre lui pour harcèlement moral. La plainte a été classée sans suite. 

Poursuivi pour harcèlement moral par le président de la CME dudit centre hospitalier, le directeur dudit centre hospitalier a été « disculpé ». En mars dernier, le président de la CME de ce centre hospitalier des Hauts-de-France décidait de déposer plainte contre son directeur. Un collectif de personnel dénonçait alors un climat « toxique », tandis que  d’autres médecins dont la vice-présidente de la CME, loin de mettre en cause le directeur, s’en prenaient à un groupe de cinq à six médecins, lui aussi qualifie de « toxique ».

Le 16 octobre dernier, selon un communiqué du groupe hospitalier Artois, le procureur de la République décidait de classer sans suite, pour « absence d’infraction » la plainte déposée par le directeur. Et d’ajouter : « l’enquête préliminaire des services de police sous le contrôle du procureur a permis de faire toute la lumière sur ces allégations de harcèlement totalement infondées ».

Dans le même communiqué, le directeur du CH Arras mettait en avant « la qualité de vie au travail, de même que les actions en faveur du présentéisme ». Joint par WUD, le président de la CME n’a pas répondu à nos demandes. L’association nationale Jean-Louis Mégnien, qui avait adressé en 2019 une lettre à la ministre de la santé pour dénoncer le climat « toxique » du centre hospitalier d’Arras, n’a pas non plus répondu à nos questions. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Un article de la proposition de loi sur les violences conjugales divise, jusque dans les rangs des médecins.
Placé sous statut d'ESPIC (Établissement de santé privé d’intérêt collectif), le Groupement hospitalier mutualiste (GHM) pourrait être racheté par le...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.