Gironde : Le médecin islamophobe fait appel

La chambre disciplinaire l’a suspendu 6 mois

Le Dr Michel Lebreton, chirurgien spécialisé en oto-rhino-laryngologie (ORL) installé à Libourne en Gironde, avait tenu des propos discriminatoires en décembre 2015. Sanctionné le mois dernier, il vient de faire appel.

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. » Le Dr Michel Lebreton, chirurgien ORL installé à Libourne en Gironde, a dû oublier cette phrase tirée du serment d’Hippocrate. En décembre 2015 à l’Hôpital de Libourne, il interpelle une femme voilée à la fin de sa consultation. C’est la première fois qu’il la rencontre, relate Le Quoditien.

« Nous sommes en guerre, il faut savoir dans quel camp on est. »

« Savez-vous que le foulard que vous portez est un signe de non-intégration ? » lui dit-t-il. La femme lui répond que porter le voile n’enlève rien à son appartenance à la communauté nationale. Il lui rétorque : « Dans ce cas, vous devez porter un foulard bleu-blanc-rouge ! (…) Nous sommes en guerre, il faut savoir dans quel camp on est. »

Le praticien, après avoir discriminé sa patiente, informe la gendarmerie. Il suspecte une « dérive islamiste ». La brigade territoriale autonome de la gendarmerie entendra cette femme par la suite, sans relever aucun signe de radicalisation. Aidée par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), la patiente a porté plainte auprès de l’Ordre.

La chambre disciplinaire l’accuse d’avoir « déconsidéré la profession »

Fin février dernier, la chambre discipline du Conseil régional de l’Ordre des médecins d'Aquitaine a prononcé sa suspension pour 6 mois, dont trois avec sursis, pour pour discrimination et islamophobie. Lors d’une réunion de conciliation, il s’était excusé et avait plaidé l’émotion suscitée par les attentats de Paris, survenus quelques semaines auparavant.

La chambre disciplinaire a balayé les arguments du Dr Lebreton, l’accusant notamment d’avoir « déconsidéré la profession », rapporte Le Quoditien. Son avocat estimant que la peine est excessive, le médecin sanctionné a fait appel devant la chambre nationale. Il souhaite évoquer des affaires similaires qui ont abouti à des sanctions moins lourdes. De manière à faire oublier son propre comportement ?

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

L'hôpital devra redoubler d'efforts...
Ils ont jusqu’à fin décembre pour ausculter les déserts médicaux

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.