Génériques : La Sécu veut sensibiliser les médecins

Bien que les récalcitrants se font plus rares

C’est reparti ! La Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) lancent une nouvelle campagne de sensibilisation afin de « lever les derniers freins » à l’utilisation des médicaments génériques auprès des patients, mais aussi des médecins.

 

« Efficaces, sûrs et économiques, les médicaments génériques représentent un atout majeur pour le système de santé » veut marteler la Sécu auprès du grand public et des professionnels de santé. En partenariat avec le ministère de la Santé, la CNAMTS et l’ANSM lancent la saison 2 de la campagne « Devenir générique ça se mérite ». Les autorités sanitaires se félicitent des bons résultats de la première édition : un sondage BVA diffusé par l’Assurance maladie révèle que la confiance des MG vis-à-vis des génériques a progressé significativement en 2017 atteignant un niveau de 7/10, contre 6,6/10 l’année dernière.

 

Les médecins réticents sont de moins en moins nombreux

 

La CNAM constate également un dialogue qui s’est intensifié entre les patients et leurs médecins : trois quarts d’entre-deux déclarent échanger régulièrement avec leurs patients, contre seulement deux tiers en 2016. L’Assurance maladie se satisfait de la forte diminution de la part des médecins réticents à prescrire des génériques. À 39% l’année dernière, le taux de récalcitrants est descendu à 26% en 2017.

 

L’Assurance maladie, qui veut « désamorcer les situations de blocage les plus courantes », a également préparé de nouveaux « mémos » pour les médecins afin de les aider à informer leurs patients, accessibles en téléchargement sur internet. Elle rappelle également l’existence de son application « E-mémo génériques » à destination des médecins hospitaliers, généralistes et spécialistes libéraux, qui permet de vérifier si une molécule est inscrite au répertoire des médicaments génériques. 

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Dans le cadre de la réforme du deuxième cycle des études médicales, l’Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France) a travaillé...
Dans un courrier adressé à l'ensemble des professions ambulatoires le 31 juillet dernier, l'État a annoncé la fin des dotations gratuites en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.