En marge de l'épidémie, de nombreux médecins libéraux se sentent abandonnés

Les patients ne viennent plus les voir et les charges financières s'accumulent. De nombreux médecins libéraux sentent poindre une catastrophe financière pour eux, et une perte de chance pour leurs patients, s'inquiète le Dr Martie-Claire Tuffery, coordinatrice de la cellule d'entraide Med-Aide de l'URPS Paca.

« On ne voit plus personne, les médecins ont fui nos cabinets », s’écrie Marie-Claire Tuffery, médecin généraliste, coordinatrice du dispositif d’entraide de l’URPS Paca, Med-Aide. « Cette situation dure maintenant depuis 15 jours à trois semaines. Les patients ne viennent plus nous voir car les messages du gouvernement sont mal passés, certains pensaient que nous avions fermé nos cabinets, ou avaient peur d’attraper le Covid en venant nous voir », explique le Dr Tuffery.

Centres covid désertés

Comme pour pallier le manque d’activités, certains médecins libéraux se sont investis dans la mise en place de structures ambulatoires Covid mais là encore, le Dr Tuffery, tout du moins du côté de la Seyne-sur-Mer, constate que ce genre de structures ont tendance à se vider. « Il y a trois semaines, nous avons ouvert un centre Covid à la Seyne sur mer. La première semaine nous avons accueilli 180 patients qui venaient surtout là pour faire des tests, la deuxième semaine j’en ai vu 60 et je suis passé hier, il n’y en avait plus que 5, dont 4 seulement avaient le covid-19. » Résultat, cette situation qui perdure depuis le passage en phase 3 épidémique, entraine des difficultés financières qui à terme pourraient déboucher sur des banqueroutes, si aucune mesure n’est prise : « Certains de mes confrères ou consœurs ont du mettre au chômage technique leur secrétaire. Bien sûr, la Carmf et l’assurance maladie nous assurent un dédommagement de 200 euros environ sur 15 jours mais dans le même temps les médecins doivent s’acquitter de charges de l’ordre de 3000 euros en moyenne ! »

Frustration

Frustration, désœuvrement, souci pécuniaire semblent être le lot commun des médecins libéraux qui survivent en marge de la grande épidémie, auxquels ils ne participent guère. Ils en sont livrés à se confier en plus grand nombre à la hotline sociale du Conseil national de l'Ordre des médecins, synexial, laquelle, dans une démarche interprofessionnelle, prend également en charge les demandes de l’ensemble des professionnels de santé sur le territoire. « Auparavant, les assistantes sociales de Synexial réceptionnaient 4 à 5 dossiers par jour, actuellement, elles en réceptionnent une quarantaine ! » Pour le moment, cette angoisse ne s’est pas transformée en détresse psychologique, mais la situation est préoccupante : « Les médecins n’osent pas parler, mais le fait de ne plus avoir de suivi de patients les plongent dans un stress profond. En effet, certains ont peur de passer à côté d’urgences vitales. Tandis que des médecins généralistes, qui suivaient en téléconsultation des patients atteints de Covid-19, et qui, au bout du 8e ou 10e jour, voit s’installer chez leurs patient une détresse respiratoire, se demandent s’ils n’ont pas fait une erreur médicale. » Du début de la crise, « où les médecins, sidérés, se sont rendus compte qu’ils n’étaient pas préparés à affronter une pareille épidémie sans matériel de protection, qu’il s’agisse de masque, surblouse ou SHA’" jusqu’à maintenant, où les praticiens se sentent esseulés, Marie-Claire Tuffery fait le constat d’un abandon des médecins libéraux par les pouvoirs publics : « Nous ne sommes pas les plus à plaindre car nous pensons que l’activité va reprendre, immanquablement. Mais tout de même, il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps car nous risquons de voir apparaitre en mai-juin des cas de détresse chez nos confrères. »
 

MED’AIDE est un dispositif composé de :

- Une ligne d’écoute téléphonique et un mail dédiés afin de prendre en charge directement un médecin ou de l’orienter vers la bonne solution et le bon interlocuteur,

- Une plateforme d’information où l’ensemble des solutions sont mises à disposition.

Tél. : 04 65 40 00 10

Courriel : medaide@urps-ml-paca.org

Site : medaide.urps-ml-paca.org

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

L'URPS du Languedoc-Roussillon s'apprête à lancer un système d'alerte pour smartphones
Comment mettre en place une CPTS et quels outils développer ? Pour apporter des réponses, la Fédération des CPTS a donné 180 secondes à plusieurs...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.