Dr Odile Bagot : Mes premières et dernières fois

Spécialiste en gynéco-obstétrique, ancienne interne et chef de clinique des Hôpitaux de Strasbourg, elle possède un master européen d’éthique et enseigne la sexologie à l’université de Strasbourg. Elle est aussi auteure du Blog Mam Gynéco, et de plusieurs ouvrages*.

LA PREMIERE FOIS OU...
… tu as voulu faire médecine et de la gynéco
Odile Bagot. J’ai beaucoup rêvé et fantasmé ce métier lorsque j’étais adolescente, en lisant
Les Hommes en blanc d’André Soubiran. À cette époque, notre médecin de famille, avec son air sévère, me terrorisait et me fascinait. Médecine, c’était donc un grand saut vers l’inconnu et l’aventure. Quant au choix de ma spécialité, il s’est imposé sans l’ombre d’un doute lors de mon stage d’externe dans le service de gynécologie du Pr Dellenbach au CHU de Strasbourg.
 
... tu as examiné une patiente
OB. J’avais demandé à faire des nuits en salle d’accouchement pendant mon stage d’externe. En faisant profil bas auprès d’une sage-femme, et surtout en me rendant utile, j’avais eu le droit de suivre une parturiente pendant tout son travail.
Et c’est comme cela que je me suis retrouvée toute seule avec une grande multipare en train de pousser, en priant de toutes mes forces pour que la sage-femme de garde vienne à mon secours !
 
... tu as eu l’impression de changer la vie d’une femme
OB. Je n’ai jamais eu l’impression que je faisais autre chose que mon métier en répondant aux attentes et parfois à la détresse des femmes. C’est bien des années plus tard que plusieurs d’entre elles m’ont confié avoir vu changer le cours de leur vie grâce à moi.
 
ET LA DERNIERE FOIS OU...
… tu as été affectée par la situation d’une patiente

OB. La dernière situation humainement compliquée était celle d’une femme de 35 ans, avec une endométriose sévère, dont la vie personnelle, sentimentale et sexuelle s’en est trouvée dévastée.
 
… tu n’as pas su faire
OB. C’était une patiente que je suivais pour un vaginisme. Ce premier symptôme s’est transformé en vestibulodynies, puis en perte de libido. Cela s’est soldé par une séparation…
 
… tu as pensé à faire autre chose que de la gynéco (si c’est déjà arrivé)
OB. Je pourrais prendre ma retraite dans 3 mois et me lancer dans la construction d’un nouveau cabinet ! Même si cela semble difficile à croire, pas une seule fois depuis 30 ans que je suis installée, je ne suis allée au travail sans plaisir.
Si je devais rechoisir une spécialité aujourd’hui, je me tournerais à nouveau, sans la moindre hésitation, vers la gynécologie et l’obstétrique.

Source: 

* dont : Dico des nanas et Dico des femmes enceintes
Ménopause, pas de panique !
Perturbateurs endocriniens, la guerre est déclarée !

Portrait de Idris Amrouche

Vous aimerez aussi

Élise, 31 ans, est généraliste dans le village de Dachstein en Alsace. Cette région a été très impactée par la Covid-19. Elle raconte son année sous...

Un an de Covid en réa, c’est usant, épuisant et révoltant. Lucas, interne à Lyon a accepté de raconter une partie de son quotidien à WUD.

En 1982, la commune de Lanslevillard située en Haute-Maurienne a vu arriver le docteur Vincent Lecarme. Celui-ci s’est passionné pour son métier tout...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.