Confinement pour tous jusqu’au 11 mai

Covid-19 - annonce présidentielle de Pâques
Covid-19 - annonce présidentielle de Pâques

Le chef de l’État l’a annoncé sans détour, le confinement sera poursuivi jusqu’au 11 mai 2020 minimum, pour tout le monde. C’est là, la seule condition selon lui de ralentir la propagation du virus Covid-19… c’est long…
 

"Un effort colossal"
Ce sont les mots du Président de la République, ce soir en direct à 20h02 sur de nombreuses chaînes TV françaises. Il annonce que le confinement, dans les conditions que l'on connaît actuellement sera obligatoirement maintenu jusqu'au 11 mai prochain. Il en appelle à la responsabilité de chacun en reprécisant "Le lundi 11 ne sera possible que si nous sommes civiques", autrement dit, chacun chez soi et tout ira bien... Espérons.

Durant les 4 semaines à venir, les règles seront maintenues. "Des règles identiques partout" selon le Président de la République qui rappelle qu'il faut maintenir dans toutes les villes ce qui est recommandé nationalement sans pour autant dépasser la mesure comme certains maires l'ont fait pour aller au-delà, sans fondement réel autre que les peurs.

"Tous ceux qui ont une maladie chronique doivent continuer de consulter."
Il était bon de rappeler cela à un moment où l'on ressent tous un global sentiment, vécu par les patients en affection de longue durée, de renoncement aux soins. Les consultations se vident, les blocs se vident, les lits d'hospitalisation hors-Covid-19 se vident sans que réellement on n'engage autant d'énergie pour cela. Les patients doutent, tardent, hésitent. Certains évitent de venir se faire soigner par peur de contracter le Covid-19 sans considérer parfois qu'ils se mettent en situation plus à risque eux-même par ce choix. On soulignera donc que le Président de la République a bien conscience de ce phénomène qui, cette dernière semaine, a été largement commenté dans l'actualité médicale.

"Le pays continue à vivre et heureusement"
Le Président a autant d'inquiétude pour les patients que pour la Nation toute entière et on le comprend bien.
S'il a souligné, au début de son intervention, qu'il fallait rester humble dans une telle situation tout à fait imprévisible en reconnaissant certains retards de préparation : gants, blouses... etc., il sait qu'il faut dès à présent considérer toute la population, et en particulier les travailleurs, pour assurer à la France une reprise qui souffrira le moins possible de cette tempête.

"Tous ceux qui doivent être protégés : les salariés, les entrepreneurs, les indépendants, les libéraux... bénéficieront d'aides financières pour les soutenir et notamment, je demanderais à ce que les banques décalent de façon plus marquée, les appels de charges, les redevances"

Cette remarque qui a été bien soulignée dans son discours, doit notamment pour notre profession, faire mouche dans l'esprit des libéraux qui nécessairement pâtissent d'autant plus de cette situation que toute la population professionnelle salariée de médecins et de soignants moins exposée à ce risque. Et on le comprend aisément, pour eux, même si les charges financières sont décalées, elles pèseront nécessairement à un moment ou un autre, à l'été sans doute. C'est un risque de crise de plus qui se surajoutera à l'effet sanitaire de la pandémie.

L'après 11 mai
Et l'été globalement risque de ne pas être rose... si le déconfinement était levé au lundi 11 mai, il ne serait que partiel et progressif. Le Président de la République a déjà annoncé des mesures de l'après confinement.

"Le 11 mai prochain sera une nouvelle étape avec une réouverture progressive pour les crèches, les écoles, les lycées… C’est indispensable pour cesser les inégalités qui se creusent actuellement entre les écoliers & étudiants. Le gouvernement prévoit des aménagements spéciaux fonction de la nature des parcours. Pour les étudiants d’enseignement supérieur, il n’y aura pas de reprise à l’été, les examens seront donc adaptés." exit donc le concours de PACES cette année en tout cas dans la forme que l'on connait. Des mesures sont donc attendues dans ce sens dans les jours à venir.

Après quoi, les restaurants, spectacles, festivals resteront interdits au moins jusqu'à mi juillet 2020. Et les personnes les plus vulnérables physiquement, les malades chroniques, les personnes âgées devront maintenir leur confinement pour une durée qui n'a pas été explicitée mais qui le sera certainement prochainement.

Quant à la question de comment s'assurer que des porteurs sains ne se baladent sans le savoir et re-contaminent, elle n'a pas complètement été traitée mais en revanche, le sujet de la stratégie de dépistage et des tests a été abordé très concrètement.

" Les tests vont être augmentés, assurés par les laboratoires publiques et privés pour que le 11 mai il soit possible de tester toutes les personnes ayant des symptômes. Et dès qu'un test sera positif, le patient sera alors mis en quarantaine".

L'engorgement des hôpitaux et cliniques se posera donc pleinement dans cette stratégie et sans doute les propositions d'hébergements en hôtel ou autres structures proposées récemment notamment par le groupe Accor Hotel vont certainement être abordés de nouveau dans la semaine pour permettre à ces patients en quarantaine d'être maintenus en dehors de la vie sociale et peut-être et sans doute à l'écart de leur famille.

Qu’en renouer avec la vie d’avant ?
 
« J’aimerais tout vous dire » mais « nous n’avons pas de réponse définitive à cela ».
Et d'expliquer, "... notamment car l’immunité collective est loin d’être attente."
Ce qui veut dire que la sortie passera selon le Président à ce stade par la vaccination. Or on en connaît les délais... Le Président croit en la France dont il rappelle le savoir-faire et sa volonté d’investir dans la recherche. Pour autant, le cycle de production d'un vaccin demeure à certains niveaux non réductible.

Et concernant, le traitement, "toutes les options sont engagées" selon lui.
Les infatigables polémiques avec Pr Raoult n'ont donc pas fini de se poursuivre. Car en attendant le vaccin - reconnu ce soir comme la solution finale - la France, selon le Président serait le pays qui a engagé le plus d’essais cliniques et ainsi en bonne position pour trouver des réponses thérapeutiques au Covid-19. Aucune piste ne semble être négligé, c’est en tout cas, sa volonté affichée. Espérons que nous en ressortions avec des éléments concrets rapidement plutôt que des débats d'experts stériles...

Le mot de la Fin
« Nous finirons par l’emporter »
« Il nous faut agir avec lucidité et humilité »
Car selon le Président, le virus va et vient au gré des porteurs et certains pays qui s’étaient soulagés du confinement, à nouveau discutent de sa remise en place.
La patience est donc plus que jamais de mise.
 

 

Portrait de Matthieu Durand

Vous aimerez aussi

Pour faire face à l'augmentation de nouveaux cas de Covid-19 en France, le ministre de la Santé Olivier Véran a décidé de déplafonner le nombre d'...
GASTROLOGUES ET POPSTARS A L’UNISSON

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.