Avec le ministère, aidons le palu' à tuer un peu plus vite

Le ministère de la Santé a lancé une campagne de communication autour de la lutte contre le paludisme. Elle a rencontré un certain succès.
 

Dans la lutte humains VS palu, le ministère des Solidarités et de la Santé a choisi son camp. Face aux revers essuyés, et à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, le 25 avril dernier, il a pris les choses en main et a décidé de communiquer.
 
« Un enfant meurt du paludisme toutes les deux minutes », a-t-il rappelé.

Ça n’est pas suffisant. Alors, tous ensemble, « accélérons le mouvement », incite-t-il.
 
Bon, d’accord. Ça n’est pas très gentil de se moquer, mais il était difficile de passer à côté. Cette affiche en particulier s’insère dans une campagne du Global Fund, engagé dans la lutte contre le paludisme. « Accélérons le mouvement », le slogan de la campagne (« step up the fight » pour la version anglophone), a été repris sur l’ensemble des visuels et, manque de bol, il y en avait un sur lequel ça ne passait pas. Il en suffisait d'un.

Réunion au ministère, courant avril :
— Michel, c'est bon pour la campagne palu ?
— Ouais, c'est bon, on a validé tous les visuels, tu peux shooter.
— T'es sûr ? Y a une affiche où j'ai un doute, celle sur laquelle on voit des petits enf...
— T'inquiète j'te dis, ça passe...

Twitter s’est lâché.
 

@Fberdougo nous rappelle que ça n’est pas la seule bourde de communication en santé de l’histoire.
 

Le ministère a fini par retirer son tweet le 4 mai, et en a posté un autre pour s’excuser de la maladresse.
 

Une petite bourde, ça arrive. En attendant, c’est sans doute la première fois qu’on entend autant parler de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme…

P.S. : et parce que personne n’est parfait, un petit détour par une rédaction d’un grand media français

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Un groupe de médecins se démène pour que l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycyne soit autorisée, dans un premier temps dans le cadre d'une...
Soir d’attentats, côté pompiers
« What’s Up Doc » a proposé à Jean-Victor Blanc, psychiatre hospitalier parisien et membre de la rédaction, de tenir une chronique de la pandémie du...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.