L’hôpital boudé par les médecins

Des postes de PH à la pelle

Dans son rapport d’activité 2017, le Centre national de gestion (CNG) fait état d’une augmentation du nombre de postes de praticiens hospitaliers non pourvus. Plus d’un poste de PH sur quatre n’est pas occupé.

Le statut de PH ne fait pas rêver tout le monde, apparemment. Le rapport du CNG est là pour le rappeler. Au 1er janvier 2018, le taux de vacance statutaire des PH à temps plein est en hausse de 0,9 point par rapport à l’année précédente. Même progression pour les PH à temps partiel. Les services ont du mal à pourvoir leurs postes…

Les deux sessions de recrutement d’avril et octobre 2017 sont loin d’avoir suffi à faire le plein. Sur les 10 457 postes de PH à temps plein proposés, seuls 3 201 ont été pourvus, soit moins d’un tiers. Pour les temps partiels, c’était encore pire : 27 %.

L’Outre-Mer en galère

D’après les chiffres CNG-Sigmed, pour 54 837 postes budgétés, seuls 39 785 seraient occupés au niveau national. Le taux de vacance s’élève donc à 27,4 %, et grimpe parfois bien au-delà. En métropole, la Normandie, (34,9 %), le Centre-Val de Loire (33,7 %) et la Bourgogne-Franche-Comté (32,8 %) sont les plus mal lotis. Et, sans surprise, l’Outre-Mer n’attire pas non plus : les Antilles comptent près de 40 % de postes vacants, et en Guyane, le chiffre grimpe à 59 % !
 

À l’autre bout du spectre, l’Ile-de-France (22,5 %) et la région Paca (20 %) s’en sortent mieux, sans grande surprise non plus. Du côté des spés, c’est la radiologie qui peine à recruter, avec quatre postes sur dix non pourvus, et près de 60 % en temps partiel ! Là aussi, toujours avec une tendance à la hausse.
 


Source : CNG, rapport d'activité 2017

Ça s’en va et ça ne revient pas

Les chiffres communiqués ne signifient pas pour autant que le travail d'un quart des postes de PH n'est pas effectué. « Il est important de rappeler que les données de l’enquête nationale réalisée par le CNG en janvier 2017 sur les praticiens contractuels montraient que près d’un tiers des postes de PH à titre permanent étaient provisoirement occupés par des praticiens contractuels », rappelle le CNG dans son rapport.

Il a également analysé le solde entre les entrées et les sorties. Le solde reste tout de même positif, avec 1 231 postes de plus sur l’ensemble de la France, pour 2 520 entrées. Principale raison des disparitions : les mises à la retraite. Près de 900 PH ont pris congé en 2017. Plus de 200 ont également démissionné (14 % de plus qu’en 2016), et 156 PH ont été radiés.

Le solde reste positif dans toutes les spés, sauf en anesthésie-réanimation : 24 PH en moins…

Et alors, vous êtes où les lecteurs de WUD ? Si vous voulez postuler, les offres sont disponibles sur le site du CNG !

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Tribune et courtoisie
La députée Caroline Fiat (LFI) désirait rendre hommage à l’infirmière mortellement poignardée par un patient à travers une minute de silence à l'...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.