Grève à l’AP-HP : les médecins… soutiennent les personnels des urgences

La grève des services d’urgence de l’AP-HP se poursuit, toujours sans les médecins. Mais les praticiens soutiennent moralement leurs collègues, assure Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Amuf.
 

« C’est une grève sparadrap, on travaille tous comme d’habitude. » Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), rappelle à What’s up Doc que la grève des personnels des urgences de l’AP-HP entamée le 14 avril dernier se poursuit, dans le travail. Une dizaine de services est impliquée (1).
 
La mobilisation concerne les personnels non médicaux. Les médecins ne sont pas encore entrés en jeu, mais « c’est une revendication commune aux urgences », souligne Christophe Prudhomme. « Les personnels ont demandé un soutien moral », et ils semblent l’avoir. L’urgentiste ajoute que l’Amuf est en quelque sorte impliquée aussi, via son engagement indirect à la CGT, par son porte-parole notamment.

Les syndicats ne font pas la manche

Une réunion de conciliation organisée ce 15 avril ne semble pas avoir satisfait les syndicats. Sud santé AP-HP parle ainsi d’une « déception à la hauteur des attentes ». Sur les 700 postes réclamés par les grévistes, suivant ainsi les recommandations de l’Amuf, l’AP-HP n’en propose en effet que 45. « Le delta ne permet pas d’envisager quelque négociation que ce soit en l’état ».
 
Même son de cloche sur les 300 euros nets par mois de prime de pénibilité. Même si Sud santé reconnaît l’effort de principe concédé par l’AP-HP, « la systématisation de l’indemnité de travail dangereux pour l’ensemble des agents des urgences et une prime exceptionnelle » ne suffisent pas non plus. La première s’élèverait en effet à 94 euros, et la seconde ne serait versée qu’une fois.
 
Les exigences en termes de volume ne semblent pas négociables, mais les syndicats annoncent qu’ils sont ouverts sur le calendrier. Une nouvelle réunion est en cours ce mardi après-midi.
 
 
(1) Saint-Antoine, Pitié, Larib, Bicêtre, Ambroise-Paré, HEGP, Robert-Debré, Saint-Louis, Tenon, Cochin.
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Le chef du service des urgences du centre hospitalier Eure-et-Seine, le Dr Arnaud Depil-Duval, n'a pas été reconduit dans ses fonctions. Les...
L'hôpital public se mobilise
Le logiciel de traduction automatique peut être un outil efficace pour rédiger des instructions de sortie à des patients étrangers aux urgences,...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.