Cabinets médicaux : une nouvelle grille pour doper les salaires

Le personnel des cabinets médicaux va bénéficier d’une nouvelle grille ambitieuse, suite à la signature par les organisations syndicales d’un avenant relatif à la classification et aux salaires des salariés de la branche. Objectif : réadapter la classification des métiers, ce qui devrait avoir un effet positif sur les salaires.

L’information n’a pas fait les grands titres de l’actualité médicale, mais elle a son importance. Les organisations syndicales de salariés et d’employeurs signataires de la convention collective du personnel des cabinets médicaux (CSMF, FMF, MG France, SML, CFTC, CGT, FO et l’UNSA) ont signé le 27 juin l’avenant n° 76 relatif à la classification et aux salaires des salariés de la branche, après 18 mois de négociations.
 
Les partenaires sociaux ont jugé qu’il était nécessaire d’adapter la classification des métiers de la branche dans un contexte de transformation rapide du système de santé. C’est la raison pour laquelle ils ont engagé dès 2014 une réflexion prospective sur l’emploi, les métiers et les compétences des salariés.

Recul des effectifs

 Premier objectif de l’avenant : soutenir les emplois dans la branche. En effet, une étude de l’Observatoire des Métiers des Professions Libérales (OMPL) (« de l’état des lieux à la prospective ») a permis de déterminer qu’en l’absence de nouveaux dispositifs en faveur de l’emploi, le recul des effectifs constaté se poursuivrait : 88 560 salariés en 2014, 85 300 en 2018 et 85 000 en 2023. Alors que la barre des 90 000 emplois pourrait être atteinte à l’horizon 2023 si « des mesures incitatives venaient soutenir l’émergence de nouvelles formes d’exercice coordonnés et partagés de la médecine et encourager le recrutement de personnel », soutiennent les syndicats.
 
Deuxième objectif : s’adapter au caractère évolutif des postes et intégrer de nouveaux métiers. De nouveaux jobs ont fait leur apparition depuis quelques années, notamment dans les cabinets qui ont fait l’objet de regroupement : informaticiens, qualiticiens, responsables de ressources humaines ou encore coordinateurs.

Intégrer les futurs assistants médicaux

Des personnels qui n’étaient jusqu’à présents ni intégrés, ni reconnus par la Convention collective du personnel des cabinets médicaux. Certains dispositifs d’emploi, comme le poste d’accueil et de secrétariat par exemple, nécessitent également d’être actualisées et simplifiées , considèrent les syndicats qui ajoutent qu'il est « indispensable pour les syndicats d’intégrer les futurs assistants médicaux, dont la formation est en cours d’élaboration par la branche. »
 
La nouvelle classification permettra donc de doter les cabinets médicaux d’une cartographie actualisée des emplois de la branche qui sera applicable dans toutes les structures. Mais aussi de s’ajuster à l’évolution de l’architecture des diplômes (LMD, réingénierie des diplômes paramédicaux notamment) dans le cadre de l'harmonisation des cursus d'enseignement supérieur européens.

Faciliter la reconversion professionnelle

Enfin, cette grille facilitera la reconversion professionnelle entre métiers, en donnant aux salariés une meilleure visibilité au sein de chacune des filières professionnelles de la branche et entre ces filières.
 
À quoi ressemble cette nouvelle grille de classification ? Elle s’articule autour de 5 filières professionnelles qui correspondent aux activités des cabinets médicaux : médicale, médico-technique, paramédicale, transversale et management. Au total, 16 emplois repères correspondant aux nouvelles qualifications de la branche ont été identifiés :


 
Cette grille est fondée sur des critères de classification adaptés à la branche. Selon les syndicats, « la reconnaissance de nouveaux métiers, issus de la démarche de regroupement de l’exercice médical dynamisera profondément l’emploi dans les cabinets médicaux ».
 
Au total, 13 niveaux de positionnement définis par 4 critères (comprenant chacun 4 niveaux) ont été établis : formation/acquis de l’expérience ; complexité ; autonomie ; dimension relationnelle. La somme des niveaux de positionnement de l’emploi pour chacun des critères détermine le niveau de positionnement final de l’emploi du salarié.

Impact non négligeable sur les salaires

 Les syndicats concluent que « cette nouvelle grille aura un impact non négligeable sur la hausse des salaires des salariés des cabinets, avec une augmentation moyenne de 5 % en fonction du poste et du niveau. »
 
Enfin, l’avenant n°76 s’applique depuis le 1er juillet 2019 pour les salariés dont l’employeur est adhérent à une centrale patronale signataire. Pour les autres, il faudra attendre l’extension de l’accord et sa parution au Journal Officiel.
 
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

À l'heure o`u le tiers payant généralisé fait trembler notre planète médicale, des professionnels de santé du 20e arrondissement de Paris se sont...
Le point de vue très personnel du magazine Capital...
L'hôpital, la filière de santé, l'accés...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.