Médecins à 23€ vs. coiffeurs à 30€. Episode #1 : la comparaison a-t-elle un sens ?

Rencontre avec l’économiste Christophe Marques, du cabinet Asterès

La critique est récurrente : les généralistes sont tellement mal rémunérés que le prix de la consultation, 23€, est largement inférieur à ce que le patient pourrait payer chez le coiffeur (de l’ordre de 30€). « What’s Up Doc » a demandé à plusieurs économistes ce qu’ils pensaient de cette comparaison. Premier regard sur la question avec Christophe Marques, du cabinet Asterès.


What’s Up Doc : Comparer le prix d’une consultation à celui d’une coupe de cheveux a-t-il un sens d’un point de vue économique ?

Christophe Marques : Non, ce n’est pas du tout pertinent. Un médecin a peu de consommations intermédiaires. Un salon de coiffure, c’est plus grand : il y a des salariés, il y a plus d’équipement… Ce qu’il faut regarder, c’est le résultat net. Mettons qu’un généraliste réussisse à obtenir 50% de marge. Dans un salon de coiffure, ce chiffre est inférieur à 10%. Il faut ajouter à cela que du point de vue du revenu fiscal, les coiffeurs sont l’une des professions les moins bien rémunérées de France, alors que les médecins font partie des mieux rémunérées.

WUD : Le chiffre de 23 € est-il un bon point de comparaison ?

C. M. : Non, il ne suffit pas de prendre la consultation à 23 €. Il est vrai qu’environ 90% des généralistes sont en secteur 1, mais ils ont à côté du prix de la consultation une rémunération forfaitaire : 40 € par an par patient en ALD, le forfait médecin traitant qui fait que même un patient qui ne voit pas son médecin lui rapporte 5 € par an, la ROSP qui peut aller jusqu’à 9 100 € par an… En 2014, la prime moyenne perçue par les médecins généralistes a été de 6 264 euros, en hausse de 14% sur un an. Au final, le revenu "complet" par consultation est plus proche de 30 € que de 23 €.

WUD : Et du point de vue de la TVA ?

C. M. : Il y a une grande différence. D’un côté, vous avez une exonération de TVA pour les médecins, alors que de l’autre, vous avez un taux à 20%.

WUD : Au final, les médecins généralistes ont-ils tort de se plaindre ?

C.M. : Non. Il faut aussi les comparer avec les spécialistes. Non seulement le prix de la consultation pour ces derniers est plus élevé, mais ils sont beaucoup plus nombreux à exercer en secteur 2. L’évolution des revenus est stagnante pour les généralistes, en hausse pour les spécialistes. Cet écart de tendance alimente la frustration, et explique probablement en partie la baisse du nombre de médecins généralistes que l'on constate aujourd'hui. Les jeunes médecins sont insuffisamment orientés vers cette spécialité.

Retrouvez ici un deuxième regard sur la question "Médecins vs. coiffeurs", avec Philippe Leduc, directeur du think-tank "Economie-santé".

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Ah… le vilain mot ! Rien qu’À le lire, on a déjÀ le frisson de la responsabilité médicale qui nous parcoure out entier !
La ministre de la Santé a refusé d’accorder une "prime canicule" au personnel des urgences, comme le demande le syndicat FO des services publics et...
Réalisée par le personnel soignant du CH Falaise, une vidéo choc invite à signer une pétition pour sauver cet hôpital de proximité.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.