Dermatologie : une carte interactive sur les délais de rendez-vous

Le Guide Santé vient de dévoiler une carte de France interactive qui met en lumière la situation alarmante de l'égalité d'accès aux soins en dermatologie.

Le délai moyen pour obtenir un rendez-vous chez un dermatologue en France serait de 95 jours. Une situation alarmante qui cache de profondes disparités selon les régions. Car, même dans les métropoles, les délais sont particulièrement inquiétants : 95 jours à Marseille, 128 jours à Lyon…
 
Ces inégalités territoriales d’accès aux soins en dermatologie viennent d’être mises en lumière par le Guide Santé. Fondé par deux médecins (le Dr Jean-Pascal Delbano et le Dr Stéphane Bach), le portail santé, dont l'une des missions est de faciliter un accès aux soins pour tous, vient en effet de dévoiler une carte interactive sur les délais moyens de rendez-vous en France.
 
« Cette carte permet de pointer du doigt une situation devenue plus que préoccupante, en répertoriant les zones les plus touchées par ce problème. Il est grand temps de proposer des solutions pour lutter réellement contre la désertification médicale », estime le Dr Jean-Pascal Delbano, qui rappelle que « les maladies de la peau ne cessent d’augmenter (16 millions de Français de plus de 15 ans concernés) » tandis que le nombre de dermatologues par région diminue.
 
Si l’on rentre dans le détail, on se rend compte que certains départements, sont particulièrement touchés par cette désertification médicale. C’est par exemple le cas de l’Ariège, du Cher, de la Creuse, des Hautes-Alpes, de la Haute Corse, de la Haute-Loire, de la Meuse ou encore de l’Indre, où l’on compte moins de cinq dermatologues pour 100 000 habitants. Dans ces départements, « les dermatologues n’acceptent plus de nouveaux patients, il est donc très difficile d’obtenir un rendez-vous, à moins d’avoir été suivi régulièrement par le même médecin », précise l’enquête (1) du Guide Santé.

Paris s'en sort le mieux

À l’inverse, le Val-D’oise, les Hauts-de-Seine, Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val de Marne, la Seine-et-Marne et l’Essonne comptent parmi les départements les mieux lotis, avec moins de 90 jours d’attente pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste.

Enfin, cette carte interactive illustre le fait qu’il est plus facile de se faire soigner dans les grandes métropoles que dans les zones rurales. Paris est plus favorisée et compte 72 dermatologues acceptant de nouveaux patients (sur un total de 374 dermatologues), ce qui lui permet d’afficher des délais raisonnables de 61 jours en moyenne.
 
À Marseille, 26 dermatologues sur 68 peuvent augmenter leur patientèle, permettant à la ville de s’inscrire dans la moyenne nationale de 95 jours. Quant à Lyon, elle recense 14 dermatologues sur 47 prenant de nouveaux patients, ce qui fait grimper les délais pour obtenir un rendez-vous à 128 jours.
 
Mais comment faire pour désengorger les salles d’attente des dermatologues ? Le Guide Santé préconise plusieurs solutions pour faire face aux déserts médicaux. Tout d’abord, inciter les patients à consulter davantage leur médecin généraliste pour un problème de peau car « les généralistes sont capables de traiter 80% des maladies de la peau et de réaliser la plupart des consultations de dépistage ».
 
Autres solutions proposées : apprendre aux patients à s’auto-surveiller, avec des règles simples ; développer la téléconsultation en dermatologie, des consultations thématiques et réserver des plages horaires pour certaines pathologies chez les dermatologues.

1 : L’enquête a été conduite sous la forme « faux-patient » auprès de l’ensemble des 3341 dermatologues conventionnés de France. Le délai moyen d’obtention d’un rendez-vous correspond à la moyenne du délai des trois premiers rendez-vous disponibles proposés par le dermatologue, les rendez-vous de plus d’un an ayant été considérés comme « absence de rendez-vous disponible ». L’enquête sur les délais d’attente a eu lieu entre juin 2019 et décembre 2019. 593 dermatologues sur 3341 ont proposé des consultations pour un nouveau patient. 1193 dermatologues ont été injoignables à trois reprises.
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Et les infirmiers en veulent plus
À Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), un med gé un peu tatillon a été sanctionné par une interdiction d’exercer de deux semaines, après avoir piqué...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.