Paroles de doyenne sans langue de bois

Pour parler des abus des patrons et des réactions de l’Université, le Pr Isabelle Richard, doyenne de la faculté de médecine d’Angers, ne fait pas semblant et affirme son engagement.

WUD Isabelle Richard, de votre expérience de doyenne, existe-t-il un rapport hiérarchique entre le doyen et les PU-PH ?

« IR Le doyen est élu par le conseil de gestion, conseil élu lui-même pour la majorité de ses membres par l’ensemble des enseignants-chercheurs.

Il existe donc un rapport collégial mais pas hiérarchique entre le doyen et les universitaires.

 

WUD Alors, on peut penser que cela limite les possibilités d’intervention en cas d’excès de PU ?

« IR Non, le doyen peut jouer un rôle. Il a des moyens de pression indirects et de régulation en cas de problème. Attribution de postes de chefs de clinique, répartition des internes, influence à la commission bipartite… les occasions ne manquent pas.

La menace de retirer des postes d’internes peut rapidement faire bouger les lignes. Mais, heureusement, il est rare d’en arriver là. L’invitation à discuter permet souvent de régler la situation. Seul un petit nombre de cas restent problématiques.

 

WUD Alors, quand on en marre, peut-on virer un patron ?

« IR Ce n’est pas plus difficile que pour un autre fonctionnaire d’État… mais guère plus facile non plus ! Cela reste donc exceptionnel.

On va plutôt lui trouver un poste où ses comportements ne poseront plus de problème.

 

WUD Est-ce que le statut de PU-PH est trop protecteur ?

« IR Il est effectivement très protecteur ! Il permet à chacun d’assumer des quantités de travail différentes. Parfois en moins certes, mais souvent en plus !

Le fait qu’un PU-PH soit ailleurs que dans le service, la faculté ou le laboratoire peut être très positif.

Il est par exemple important que la médecine soit présente dans les institutions, dans la société comme par le biais des fonctions électives.

Donc cela peut être inconvénient mais parfois un avantage certain !

 

WUD L’avancement des carrières des patrons peut-il être un moyen de pression pour le doyen ?

« IR Pas vraiment car le doyen n’a aucun rôle direct sur les salaires ni les carrières. L’avancement des carrières des hospitalo-universitaires se décide au niveau des Conseils nationaux universitaires (CNU).

Le passage d’échelons est automatique selon l’ancienneté. Le passage de classes (1re et exceptionnelle) se fait sur décision du CNU à partir d’un dossier du candidat sur lequel le conseil de gestion de sa faculté rend un avis.

Les activités d’enseignement, de recherche et de soin sont évaluées. Cependant les activités de recherche l’étant beaucoup plus facilement, elles sont plus facilement investies. Il n’est pas surprenant que certains délaissent l’enseignement !

 

WUD Quelles solutions permettraient d’améliorer cette situation ?

« IR Pour valoriser les autres fonctions que la recherche, il existe plusieurs pistes :

• mettre en place une évaluation de l’enseignant par ses étudiants ;

• répartir les fonctions afin qu’elles ne soient pas forcément toutes tenues par les mêmes.

Actuellement il existe un cumul des responsabilités qui favorise des comportements paranoïaques.

Déjà qu’une tendance à l’hypertrophie de l’ego conduit à prendre ces fonctions, mais en plus la culture de notre milieu pousse encore à l’individualisme et au star-system. Enfin, ce milieu est un monde d’hommes, peu mixte, ce qui réduit les possibilités d’ouverture.

 

WUD Alors comment faire évoluer ce milieu ?

« IR Je comprends et je partage le souci de pourvoir pointer et sanctionner un certain nombre d’abus. Mais il faut aussi se demander quelle est notre responsabilité, c’est-à-dire comment le système les génère.

La culture de groupe participe à la production d’abus ; les internes et les jeunes médecins y participent aussi, notamment dans l’admiration qu’ils portent à ces personnalités.

Ainsi, s’il est besoin de mécanismes de sanctions, de corrections, il en est d’autant plus d’une réflexion de groupe sur cette culture hospitalo-universitaire.

Portrait de La rédaction
article du WUD 9

 

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.