Les dérives de l'embauche : mensonge sur CV

Les exigences de certains postes pourraient inciter à embellir son CV pour postuler. Bien que cette pratique puisse paraître anodine, surtout lorsqu’elle ne vise que quelques détails, elle n’en est pas moins crapuleuse et mérite d’être dénoncée.

LES FORMATIONS ET QUALIFICATIONS MEDICALES

En théorie, il paraît difficile de mentir sur sa spécialisation.

Pourtant, par exemple, l’obtention de certains diplômes universitaires (DU) peut tenter d’enjoliver la réalité de ses qualifications : un DU n’est pas nécessairement qualifiant et ne permet pas toujours de faire valoir d’une compétence.

 

LES TITRES ET TRAVAUX

L’entrée dans un cursus universitaire requiert aujourd’hui des conditions de publications et de travaux draconiennes. Ces exigences sont parfois difficilement compatibles avec la pratique clinique quotidienne. La tentation peut être grande de s’ajouter des publications imaginaires. Et si le recruteur peut toujours vérifier sur pubmed, certains n’hésitent pas à carrément falsifier des données pour sur-publiés ! C’est le cas des 183 articles de Yoshitaka Fujii, anesthésiste japonais qui, comme le raconte Hervé Maisonneuve (lire "Le blog de H.M.- Fraude à la publi"),viennent d’être retirés de la littérature pour fraude caractérisée.

Bien sûr, en amont, la réappropriation du travail des autres rédacteurs scientifiques est toujours un grand sport que l’on doit dénoncer ! Simple rajout de son nom à liste des auteurs sans pourtant avoir participer, changement d’ordre dans la liste pour empocher la 1ère ou la dernière place très recherchée… Avec ou sans complicité universitaire, à la faveur d’un patron qui porte son poulain, tel le roi qui protège le dauphin pour le lègue de son royaume, aucune de ses malversations qui sont invisibles et font pourtant légions ne devraient plus être tolérée (lire "Embrouille à la publi").

 

L’AMPLEUR DU PHENOMENE

Une étude de l’institut Florian Mantione montre que 75% des CV seraient trompeurs dans le monde du travail français, 9 candidats sur 10 estimant normal « d’arranger » leur CV¹. Les français seraient d’ailleurs des champions en ce domaine ! CO-CO-RI-CO !

Qu’en est-il du milieu médical ? Difficile de le savoir… Il existe néanmoins des garde-fous plus prononcés que dans d’autres milieux (Lire aussi "Dérives à l'embauche : quel garde-fou ?") pouvant laisser supposer que ce serait moins fréquent dans notre profession.

Néanmoins certaines situations sont plus à risque : diplômes à l’étranger plus délicats à vérifier, course à l’obtention du « U », concours… Différents types de modifications existent : de l’embellissement à l’ajout (lire ci-dessus) en passant aussi par l’omission…

Source: 

1. http://lentreprise.lexpress.fr/recrutement/les-francais-champions-du-cv-truque_40985.html

Portrait de La rédaction
article du WUD 14

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.