Case report : le mal de cheveu

Des dermatologues brésiliens rapportent le cas d’un homme de 35 ans se présentant avec de fortes douleurs au talon droit, sans historique de trauma ni d’anomalie anatomique. Il souffrait en fait d’un poil migrant cutané.

Petite cause, grandes conséquences. Après huit heures de douleurs au niveau du talon droit, un Brésilien de 35 ans décide de consulter aux urgences. Il n’a rien à signaler de particulier qui pourrait expliquer ses douleurs : pas d’entorse, pas de coup, aucun trauma, et aucune anomalie particulière à déclarer, même pas une petite pathologie annexe…
 
La douleur augmente à la marche. Le praticien qui le reçoit lui demande alors de marcher sur la pointe des pieds : aucune douleur. Puis sur le talon : la douleur revient. Le problème au talon viendrait donc… du talon. En observant celui-ci de plus près, le médecin remarque un poil ou un cheveu qui semble bien incrusté.

Miracle médical

Il sort l’artillerie lourde, et au dermatoscope, il observe ce qui semble être un cheveu de 5 mm qui pénètre dans la peau. Au final, il retire à la pince à épiler un cheveu d’un centimètre et, miracle, « la douleur a été soulagée immédiatement », expliquent les dermatologues de l’hôpital de l’immaculée conception de Sao Paulo (Brésil), qui décrivent le cas dans le Journal of emergency medicine.

En termes techniques, il s’agissait d’un poil migrant cutané (cutaneous pili migrans). Les auteurs de l’article le décrivent comme une « affection rare dans laquelle on peut observer la présence d’une tige pilaire incrustée dans la peau ». Selon un autre papier paru en 2016 dans le Medical journal armed forces India, seulement 26 cas ont été rapportés en 60 ans.

Poil tranchant

L’hypothèse des auteurs : le cheveu aurait été piétiné par le patient, ce qui aurait provoqué son insertion oblique dans la couche cornée, favorisée par sa petite extrémité pointue et hargneuse. En progressant au fur et à mesure de la marche, il aurait fini par stimuler des terminaisons nerveuses du derme, causant ainsi la douleur.
 
Par la nature de leurs cheveux, les personnes d’origine asiatique semblent être plus exposées au terrible poil migrant cutané. Certains patients ont décrit une progression visible de la tige noire, sans doute provoquée par les contraintes mécaniques locales, que le poil soit incrusté dans le talon ou à d’autres endroits stratégiques : cheville, plante du pied, orteil, mais aussi poitrine, mâchoire ou encore abdomen.
 
Une seule solution si vous rencontrez un cas pareil : ne paniquez pas, et retirez le poil.
 
C’est beau, la médecine. ;)

Crédits photos : The Journal of Emergency Medicine, 2019 Elsevier Inc.
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

On verra plus tard pour l’éthique
Ca vient de Dijon et ca ne pique pas

Notre contributeur Hervé Maisonneuve* s'attaque dans le dernier magazine de What's up Doc à la recherche en nutrition. « Toutes les...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.