Paces : 1 700 places supplémentaires en 2018

Embouteillages à prévoir

La ministre de l’Enseignement supérieur a annoncé une augmentation de 22 000 places dans les universités françaises. La Paces n’est pas oubliée.

Pour les lycéens, c’est le temps des choix. Ils doivent remplir leur liste de voeux sur la plateforme "Parcoursup" avant le 13 mars prochain, à 18 heures. Plus de 750 000 d’entre eux auraient déjà pris leur décision. Comme l’année dernière, où le nombre de bacheliers était en forte hausse (+3 %), la moisson 2018 devrait être fournie, elle aussi.

Pour accueillir tous ces étudiants à l’université, il faudra donc leur faire un peu de place, notamment dans les filières en tension. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a ainsi annoncé le 2 mars dans Les Échos que 22 000 places supplémentaires seraient ouvertes. Une partie d’entre elles sera consacrée aux étudiants en Paces, qui seront 1 700 de plus en septembre prochain.

Baisse du taux de réussite ?

Mais, croyez-bien que nous en sommes désolés pour les futurs trimeurs de première année, ceci n’est pas une hausse du numerus clausus. Seulement du nombre de candidats… Et il est peu probable que le ratio entre le nombre d’admis et de candidats s’améliore. Surtout que Frédérique Vidal a précisé que l’augmentation pourrait aller au-delà des 22 000 places, si la situation le nécessitait.

Pour la session 2017-2018, le numerus clausus a crû de 81 places, soit environ 1 %, mais dans le même temps, les inscription avaient bondi de 2 %, ce qui fera mécaniquement baisser le taux de réussite. Il est fort à parier que pour la suivante, il en sera de même… Sauf si le Gouvernement décide d’une forte augmentation du numerus clausus.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

La simulation version système D
Les syndicats contestent une modification des conditions d’accès aux remplacements pour les internes. Ils ne pourraient plus remplacer avant leur...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.