Médecin et Geek, c'est possible !

La e-santé n'est pas qu'une affaire d'industriels, les médecins y ont toute leur place. Interview de Cécile Monteil, jeune médecin de 31 ans ancrée dans les nouvelles technologies.

Cécile a un profil atypique : médecin à mi-temps, urgentiste à l’hôpital Robert-Debré ou généraliste remplaçante, elle est aussi directrice médicale de la start-up Ad Scientiam, et gère un groupe Facebook (bientôt site Internet) : Eppocrate.

Cécile a vécu 4 ans aux États-Unis puis a fait ses études de médecine en France. « J’ai toujours été intéressée par les nouvelles technologies », explique-t-elle. Elle décide donc de se lancer dans la e-santé. « Grâce au réseau de Thousand Network*, j’ai été mise en relation avec les fondateurs de la start-up Ad Scientiam qui recherchaient un médecin ». Elle est embauchée presque immédiatement : « de nombreuses entreprises de e-santé recherchent des médecins pour tester, pour faire le lien avec les patients ».

Le problème pour les médecins est qu'ils n'ont « pas le temps de s’occuper de e-santé au quotidien ». Pourtant, le mouvement vers la numérisation n’est pas à sens unique : les jeunes médecins cherchent à s’impliquer. « Je reçois tous les jours des e-mails me demandant comment j’ai fait pour en arriver là, si j’ai des contacts… » Elle a donc créé le groupe Facebook Eppocrate : dans le but d’éveiller le monde de la santé aux nouvelles technologies, et de faire le lien entre les deux. Selon elle, « le médecin est la clé de la révolution santé connectée : il est là pour apporter et expliquer l’outil aux patients, puis accompagner son utilisation ».

* Communauté internationale de jeunes « qui veulent faire changer les choses », selon Cécile Monteil. Elle est aujourd’hui ambassadrice à Paris pour le groupe.

Portrait de La rédaction
article du WUD 23

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.