DPC pour tous, une obligation mais surtout un droit !

Se former de temps en temps pour mieux soigner longtemps

Chaque minute compte. Le constat est le même pour tous les médecins généralistes et se former peut vite ne plus être une priorité du quotidien face à la charge de travail. Pourtant, certains médecins pensent, a contrario, que la formation peut justement les aider à améliorer leur pratique quotidienne. Nicolas Camus, médecin généraliste, et France Pirenne, hématologue, pour l’un apprenant et pour l’autre intervenante sur Doctoclass, en font partie. Ils expliquent pourquoi à What’s Up Doc.

 

Des formations qui influent positivement sur les pratiques

Après un clinicat à Henri Mondor et sept années passées au Brésil dans un dispensaire, Nicolas Camus, a posé ses valises à Bordeaux il y a deux ans. Avant de s’installer en libéral, des connaissances, bien évidemment il en a acquis un grand nombre, mais il reconnait que certains sujets sont moins étudiés durant le cursus universitaire. C’est notamment le cas de la psychothérapie. « Nous avons été peu formés pendant les études sur cet aspect. Ce n’était pas très développé à mon époque. » explique Nicolas Camus. Le jeune médecin a fait ce choix de formation continue pour plusieurs raisons.

J’ai constaté que certains de mes patients n’allaient pas bien. J’avais suivi une formation DPC sur le burn-out et cela m’a permis de m’intéresser aux techniques de communication. Dans la continuité, je me suis inscrit à cette formation d’initiation à la psychothérapie sur Doctoclass. La facilité voudrait que l’on soigne nos patients uniquement avec des médicaments mais je trouve cela valorisant pour nous, médecins, de soigner sans molécules quand on le peut. C’est un vrai plus pour nos patients. Cette formation a vraiment modifié ma pratique et je compte aller encore plus loin

confie Nicolas Camus. Pour lui, la formation suivie sur Doctoclass ne remplace évidemment pas celle d’un psychothérapeute, « C’est une initiation à la psychothérapie, je ne suis pas psychothérapeute mais il y a des techniques et des sensibilités que j’ai développé à la suite de cette formation. » précise Nicolas.

 

Un contenu pratico-pratique loin des concepts généraux

Ce format de formations en ligne, correspond à merveille à Nicolas Camus, pour plusieurs raisons.  La première, c’est celle de ne pas perdre une journée entière à se former, car au cabinet, chaque minute compte.  « J’aime bien le format d’éducation à distance pour pouvoir faire plus de formations et ne pas bloquer une journée. C’est plus efficient ainsi car les moindres minutes de libres comptent tant au niveau professionnel que personnel ». De plus, le contenu proposé sur la plateforme Doctoclass est très interactif et de nombreux outils sont mis à disposition pour les médecins apprenants. La deuxième raison, au-delà du côté pratique, c’est d’être formé par d’autres confrères.

La formation que j’ai suivie était faite par un médecin qui avait une vision assez claire du type de patients que l’on suit tous les jours au cabinet. C’est un aspect très important pour moi. J’ai fait une autre formation DPC sur le même sujet et sur un autre site mais c’était trop théorique. Là, sur Doctoclass, c’était un médecin qui avait des anecdotes et du vécu auquel je pouvais très facilement m’identifier

Troisièmement, ces formations sécurisent les pratiques. « On a l’impression qu’on n’y connait rien et on se rend compte que l’on n’est pas si mauvais que ça et surtout qu’on a les mêmes interrogations que nos confrères. » termine Nicolas Camus.

 

Une formation en ligne qui sécurise les pratiques

Le Professeur France Pirenne, hématologue et formatrice pour Doctoclass, partage le même avis que Nicolas Camus sur la sécurisation des pratiques. Choisie pour son expertise en tant que Présidente de la Société Française de Transfusion Sanguine, le Pr Pirenne intervient pour Doctoclass sur une formation portant sur l’obligation de suivi du patient transfusé.  Elle apprécie les retours positifs des apprenants sur cette formation sur la transfusion sanguine. « Les médecins qui sont inscrits à ma formation peuvent revenir me poser des questions. Le sujet que j’enseigne est très pointu et difficile d’accès de manière générale hormis lors de congrès auxquels ils n’ont pas le temps d’aller. Pourtant, dans la pratique, un généraliste peut être fréquemment amené à recevoir un patient avec une pathologie hématologique. Si le spécialiste n’a pas pu passer beaucoup de temps pour expliquer au patient sa maladie et comment va se dérouler la transfusion sanguine, ou quelles sont les suites possibles après une transfusion, le généraliste pourra prendre le relais de l’information » illustre le Pr Pirenne. Ainsi, pour elle, cette formation Doctoclass rassure les médecins généralistes sur les connaissances à fournir à leurs patients.

La transfusion sanguine représente 3h de cours dans le cursus de médecine générale alors que c’est un sujet qui concerne 1 million de français chaque année. A l’issu de la formation, le médecin généraliste ne va pas devenir transfuseur mais il va pouvoir répondre aux interrogations de ses patients 

Ainsi, à écouter le docteur Nicolas Camus et le Professeur France Pirenne, cette plateforme de formation en ligne est une véritable mine d’or. Diverses et variées, parfois très pointues, les formations proposées sur Doctoclass sécurisent les pratiques médicales et aident à différents niveaux, les médecins généralistes au quotidien, sans les emboliser.

 

Un dossier testé et approuvé par Doctoclass

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Formation médecin généraliste

Compliqué de tout savoir, tout connaitre, tout reconnaitre, quand on est généraliste. Parfois les diagnostics sont ardus à établir, et quoi qu’il en...

Les webinaires GEMA

Fondé par un médecin, le Dr Christian Jeambrun, en 1987, le GEMA est la référence de l’enseignement et de la formation médicale continue. Fort de son...

Pr Vincent Mallet - Santé Académie

Le Pr Vincent Mallet est aussi désormais le directeur scientifique de Santé Académie. Comment un professeur, un universitaire, s’est retrouvé dans...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.