hors séries

Ep. 2 - Part 1

e-santé
Henri Duboc

Ep. 2 - Part 1

2 - 1
Préface de Laurent Alexandre De nombreux capteurs électroniques vont bientôt monitorer notre santé et vont produire des milliers puis des milliards d’informations chaque jour pour chaque patient. D’ici à 2030, plus aucun diagnostic médical ne pourra être fait sans système expert. Il y aura un million de fois plus de données dans un dossier médical qu’aujourd’hui. Puisqu’il est exclu que le médecin manage les milliers de milliards d’informations que cette médecine personnalisée va produire, nous allons assister à une violente mutation du pouvoir médical bousculé par cette « tempête numérique ». Les médecins signeront des ordonnances qu’ils n’auront pas conçues ce qui signera la mort de la médecine telle que nous l’imaginions.   LA MORT DU POUVOIR MEDICAL Ainsi, l’éthique médicale ne sera plus le produit explicite du cerveau du médecin : elle sera produite implicitement par le système expert. Le pouvoir médical et éthique sera aux mains des concepteurs de ces logiciels. Ces systèmes experts coûteront des milliards de dollars et s’auto amélioreront par l’analyse des millions de dossiers de patients qu’il monitoreront. Les leaders de l’économie numérique, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) puis les géants chinois seront sans doute les maîtres de cette nouvelle médecine. L’HOMME 2.0 Google a annoncé, le 18 septembre 2013, la création de Calico, qui entend allonger significativement la durée de vie humaine. Google compte explorer des voies technologiques innovantes pour retarder puis « tuer » la mort. Désormais, l’ensemble des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) et des BATX chinois investissent massivement dans l’Intelligence Artificielle appliquée à la médecine. Cette redistribution des cartes est inattendue. Qui aurait imaginé, il y a dix ans, que Microsoft viserait à éradiquer le cancer d’ici 2026, que Google voudrait euthanasier la mort et Facebook supprimer toutes les maladies humaines d’ici 2099, comme son propriétaire l’a annoncé en septembre 2016 ? Reste que cette accélération des sciences de la vie est porteuse d’interrogations philosophiques et politiques vertigineuses. Jusqu’où pouvons-nous modifier notre nature biologique, notre ADN, pour faire reculer la mort ? Faut-il suivre les transhumanistes, qui comptent des leaders parmi les dirigeants de Google et prônent une modification illimitée de l’homme pour combattre la mort ? Les robots chirurgicaux opéreront mieux que n’importe quel chirurgien en 2035. Comme le dit, Sergei Brin le co-fondateur de Google « Nous allons faire des machines, qui pensent, qui raisonnent et font les choses mieux que nous ». Avant 2035, plus aucun diagnostic médical ne pourra être fait sans système expert. Il y aura un million de fois plus de données dans un dossier médical qu’aujourd’hui. UN ROMAN REALISTE Le roman du Docteur Henri Duboc, nous fait voyager au milieu de toutes ces questions médicales, philosophiques et politiques. Ce roman est drôle, dérangeant et clairvoyant. Le héros est une figure de la santé mondiale, piégé à Vegas avec son infarctus au milieu des casinospitaux. Le Docteur Duboc imagine comment la santé future oscillera entre deux modèles qu'on va découvrir et regarder s'affronter : le premier est un modèle humaniste  où le  logiciel libre, règne en maitre. Le second, c'est un modèle de Businhealth libéral, dont les robots remplacent les soignants, pour une population aisée-névrosée qui n’a plus confiance dans les soignants en chair et en os. Au moment où nous sommes en train, sans nous en rendre compte de confier les clés de la médecine de demain aux géants du numérique, ce roman est l’occasion de nous faire poser des questions essentielles. La description des casinospitaux, -où l’on vient jouer pour décrocher un Healthjackpot et bénéficier de  chirurgies gratuites, bioprothèses cultivées à partir de ses propres cellules ou cures de permafrostine, qui prolongent la vie de 20 à 30 ans- est jouissive. Rythmé, riche en rebondissements, ce roman est le livre médical le plus drôle que j’ai lu. Quant aux néologismes, ils méritent de rester dans le langage médical. Ce livre est à lire d’urgence pour comprendre notre futur...  
  •  

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.