Smart techno : l'agrafeuse du futur débarque dans les blocs

Avides d’IA et de nouvelles techno, nous avons choisi, à la rédaction, d’investiguer au travers de nouveaux outils médicaux ou chirurgicaux, pour savoir comment notre exercice résolument technologique évolue. C’est d’abord sur les agrafeuses « intelligentes » que nous avons jeté notre dévolu ! Elles apporteraient une aide au chirurgien, en s'adaptant automatiquement aux tissus. Elles se manipulent d'une seule main, avec un résultat net, propre et régulier. Et sont surtout commandées par l’IA. On vous raconte…

Imaginez... vous êtes au bloc. C'est le moment de clamper ; vous vous saisissez de votre agrafeuse électronique et l'appliquez sur le tissu. D'une seule main, vous exécutez le geste et voilà que la rangée d'agrafes s'imprime de manière tout à fait uniforme et régulière1, sous votre regard satisfait. Vous avez une pensée émue pour votre agrafeuse mécanique, mais cette époque révolue.

Ce doux songe, sachez-le, il n'est pas du tout à côté de la plaque ! Car cette agrafeuse intelligente, elle existe... et de plus en plus de chirurgiens l'utilisent à travers le monde. De fait, il existe un enjeu fort autour de la suture des tissus, dont la qualité influe directement sur la cicatrisation et la réduction du risque de fistule notamment. D'où l'idée d’intégrer de l’IA aux agrafeuses. C’est en tout le projet et la réalité de l’industriel que nous sommes allés interviewer.

 

S'adapter aux spécificités de chaque tissu

«  Nous savons par expérience que la réussite d'une anastomose dépend de nombreux facteurs », explique Michael Bettuchi, ingénieur à l'origine d’un système d'agrafage intelligent.

Le système est né du constat qu'un modèle unique ne peut pas forcément convenir pour tout. D'où l'idée d'un dispositif qui permette d'adapter le déclenchement de l'agrafe en fonction des besoins du tissu, mais aussi de supprimer la variabilité liée à l'utilisateur. L’objectif est d’obtenir des résultats plus cohérents.

Grâce à son système de rétroaction en temps réel et en boucle fermée, l'agrafeuse intelligente fournit toutes les informations au chirurgien sur un écran intégré, avant même le déclenchement. Elle s'adapte aux différentes épaisseurs de tissus, ajuste automatiquement la vitesse de déclenchement et la force de serrage1. Elle s'utilise en chirurgie thoracique et abdominale, aussi bien pour la résection, que la section transversale et la création d'anastomose. « C'est la première agrafeuse intelligente portative capable de s'adapter aux besoins spécifiques des tissus* », résume Michael Bettuchi.

 

Aide à la décision en temps réel… grâce à l’IA

Pour le chirurgien, cet outil intelligent présente un intérêt majeur. Le fabricant explique que « le dispositif lui fournit des indications permettant de savoir s'il a choisi le chargeur approprié à tel type de tissus. Jusqu'ici, le chirurgien devait se fier entièrement à leur expérience et leur intuition pour sélectionner le chargeur adapté au tissu opéré. Cette technologie est conçue pour l’aider à prendre des décisions pendant et avant l'intervention. »

Autre bénéfice – et pas des moindres : un gain considérable en confort, semble-t-il. Car actionner une agrafeuse mécanique peut s’avérer assez usant à la longue, notamment quand il s’agit de clamper des tissus épais et denses, et d’enchaîner les interventions. « Le caractère complètement électronique du dispositif est pensé pour réduire la fatigue du chirurgien et permet un déclenchement facile, avec un grand contrôle de précision ». La nouvelle génération de médecins et de chirurgiens, plus UX friendly, devrait certainement être attentive à cet argumentaire.

 

La future « norme de soins » ?

La technologie a été mise sur le marché en 2017, au terme de cinq ans de réflexion intense et transversale. « Ce projet a impliqué la mise en place d'une équipe pluridisciplinaire, et un effort important de coordination », se rappelle Michael Bettuchi. Et les ingénieurs ne comptent pas s'arrêter là. Ils réfléchissent déjà à des moyens d'améliorer et d'affiner la technologie pour renforcer ses performances.

Une pensée maîtresse guide cette évolution.

«Nous pensons qu'un agrafage basé sur les besoins du tissu plutôt que sur les limites du dispositif est le seul moyen de mener à de véritables améliorations cliniques, et que cela deviendra la norme de soins à l'avenir.

 

Une immersion dans les smart techno signée Medtronic et What’s up Doc

 

Source: 

[1] Technical summary : Feasibility testing & development Of adaptive firing™ technology To improve surgical stapler Performance.

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Le Covid-19, qui a bouleversé la planète et fait émerger de nouveaux besoins sanitaires, a-t-il causé un grand chambardement pour les laboratoires...

Un système permet au chirurgien de visualiser les cellules tumorales par injection d’un marqueur fluorescent. Assisté d’une caméra et d’un laser, le...

Répondre aux besoins des patients. S’octroyer un complément d’activité. Élargir son champ d’action. Contribuer à l’amélioration des parcours de santé...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.