Marine Paul, ses mémoires d'internes

Marine Paul a 30 ans et est jeune chef de clinique en réanimation médicale à Paris (AP-HP). Elle nous livre ses souvenirs d’interne les plus marquants.

What’s up Doc. Quel est ton premier souvenir d’interne ?

Marine Paul : Un 1er août, premier jour dans le service de pneumo où j’étais FFI. Zéro médecin et toutes les infirmières qui te demandent un tas de trucs. Au bout d’un moment, j’aperçois le chef de service au fond d’un couloir, qui me lâche en guise de supervision pour la semaine : « Tu fais à ta sauce, tu bidouilles. De toute façon tu sors du concours, tu as les idées fraîches ! ».

WUD. Ton souvenir de garde le plus marquant ?

MP. Lors d’un de mes premiers semestres de réa, un patient en limitation de soins décède, toute sa famille à ses côtés. Je rentre dans la chambre leur annoncer et éteindre le respi. Un de ses fils m’a alors violemment prise à partie : « Assassin! Vous ne l’avez même pas massé ! ». Ça traumatise un peu.

WUD. Qu’est-ce que tu as préféré pendant ton internat ?

MP. La salle de garde de Beaujon! Plus sérieusement, le compagnonnage et puis l’entraide entre co-internes. On passe sa vie dans les galeries de réa, à vivre des choses fortes, ça crée de sacrés liens. Tout seul, c’est impossible à encaisser.

WUD. Qu’est-ce qui a été le plus difficile ?

MP : En anest’, quand tu as l’impression d’être traitée comme une gamine de 15 ans alors que tu as près du double, par le, disons, « microcosme du bloc opératoire » pour rester correcte !

WUD. Comment tu as choisi la réa comme spé ?

MP. J’avais fait médecine pour être généraliste à la campagne! Mais très vite, mon impatience et mon désir de tout comprendre me frustraient dans les services de médecine spécialisée. Et puis j’aime l’urgence, la polyvalence… Alors le stage de réa, ça été le coup de foudre! C’est super addictif… Et tant mieux car on ne compte pas le temps passé dans le service.

WUD. Et comment tu arrives à te détendre le peu de temps qui te reste ?

MP. Beaucoup de voyages… Qui sont aussi hyperactifs ! La bronzette pendant 15 jours, très peu pour moi… Je fais aussi du théâtre, de l’impro, ça permet de bien exorciser tout ce qu’on voit! Et puis je me suis mise au monaco. (NDLR : mélange de bièrelimonade-grenadine, avec modération)

WUD. Qu’est-ce que tu conseillerais à la jeune Marine Paul qui fait son premier jour à la fac de médecine?

MP : N’apprends pas que pour les exams, à la dernière minute, car tes acquis pourront te servir plus tard! Et sors de ta « bulle médecine », va voir ailleurs… C’est vrai que la route est longue, alors il faut savoir se préserver !

 

Portrait de Jean-Victor Blanc
article du WUD 32

Vous aimerez aussi

`A 31 ans, Éléna Nasreddine est médecin généraliste, et travaille à SOS Médecins Paris. Elle livre ses souvenirs en tant qu'interne, et ce qui l'a...
Interviewer Xavier Emmanuelli, c’est poser son micro, se taire et se contenter d’une chose : écouter. En livre ouvert, auréolé d’une certaine sagesse...
32 ans, chef de clinique en chirurgie viscérale, hôpital Henri-Mondor, Créteil

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.