Lucie, l’intelligence artificielle qui répond aux patients par SMS

Ce n’est pas Scarlett Johansson, mais c’est déjà pas mal

Leonardo Uribe, jeune généraliste installé en Alsace, vient de lancer le projet AskLucie : une intelligence artificielle qui répond aux questions des patients par SMS. Il explique à What’s up Doc comment ça marche.

 

What’s up Doc. Qu’est-ce que Lucie ?

Dr Leonardo Uribe. Lucie est une assistance médicale virtuelle conçue sur la base d’une intelligence artificielle. L'objectif est de fournir aux patients des conseils médicaux de manière aussi fiable que le ferait un professionnel de santé, tout en étant beaucoup plus accessible.

WUD. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet ?

LU. Dans ma pratique médicale, je me suis rendu compte que je donnais souvent les mêmes conseils aux patients. On voit bien que les gens cherchent des informations médicales, mais sur le net, ils trouvent tout et n'importe quoi. Certaines personnes arrivent en consult’ avec leur diagnostic tout fait, et une fois sur deux elles pensent qu’elles ont un cancer. L’idée est donc de filtrer tout cela pour apporter une meilleure information.

WUD. Comment Lucie se différencie-t-elle des algorithmes en ligne déjà disponibles (E-docteur, Docteurclic, DocForYou…) ?

LU. Ce qui différencie Lucie, c’est le traitement automatique du langage. On communique avec elle en langage naturel. D’autre part, on utilise une base de données médicale validée, celle du NHS. Et lorsque Lucie n’est pas capable de donner une réponse, on transmet la question à un de nos médecins experts. A chaque fois qu’un expert donne une réponse, Lucie apprend. Mais pour le moment, on contrôle tout : on vérifie manuellement que chaque réponse colle effectivement à la demande.

WUD. Combien de questions recevez-vous quotidiennement ?

LU. On a mis Lucie en production il y a un mois. Ça démarre doucement : on avait d’abord quelques questions par jour, et aujourd’hui on en est à 15 ou 20. Il est clair qu’on cherche à avoir de plus en plus de demandes.

WUD. Le service est gratuit. Quel est votre modèle économique ?

LU. Pour le moment, nous pensons pouvoir continuer de manière gratuite, parce que les médecins partenaires ne sont pas rémunérés. Ensuite, l’idée est de faire en sorte que Lucie devienne le premier interlocuteur du patient. S’il y a un besoin, elle pourrait orienter l’utilisateur vers une certaine pharmacie ou vers certains produits. Nous aurions des partenariats avec des sociétés tierces.

WUD. Est-ce que cela ne pose pas des problèmes éthiques ?

LU. Ce n’est qu’une hypothèse. L’objectif, pour l’instant, est surtout d'apporter à l'utilisateur le meilleur conseil et de créer un lien de confiance entre lui et Lucie.

Source: 

Propos recueillis par Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Un salon en version 2.0, à découvrir en mai prochain
Les impressions du Dr. Eric Couhet, de retour des rencontres Pharmactiv

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.