Les aidants dans la galère

Aidez-les à parvenir à bon port !

Les aidants, qui peinent pour faire face à la maladie d’un proche, demandent trop peu souvent de l’assistance. Et pourtant, il existe des associations pour les aider. « Avec nos proches » en fait partie, et elle a besoin d’un petit coup de pouce de la part des médecins.

Tout le monde connaît un aidant qui s’épuise auprès d’un parent ou d’un conjoint malade. Et pourtant, trop peu de médecins sont capables d’identifier les patients qui n’en peuvent plus. C’est en tout cas le constat d’Alice Steenhouwer, responsable « administration et partenariats » de l’association Avec nos proches. Cette structure offre aux aidants un service d’écoute, d’information et de soutien, et elle a des choses à dire aux médecins.

L’association s’est en effet lancée dans une opération de communication à destination des professionnels de santé. Au menu : une vidéo (voir ci-dessous), des flyers, des affiches à distribuer et mettre en salle d’attente, etc. « Les médecins sont au courant de la problématique des aidants, mais ils ne savent pas comment les orienter », explique Alice Steenhouwer. « Je ne leur jette pas la pierre, ils n’ont pas à connaître l’ensemble des ressources », ajoute-t-elle aussitôt. Mais ils doivent d’après elle savoir identifier un aidant afin de pouvoir l’amener à s’adresser aux structures appropriées.

Le chiffres sont en effet accablants. D’après le dernier baromètre publié par la Fondation April, les aidants représentent 11 millions de personnes en France. Et comme ceux-ci ont souvent tendance à faire passer leurs propres problèmes de santé après ceux de la personne qu’ils assistent, les résultats sont désastreux : risque de dépression accru, surmortalité…

Aide un aidant, et le Ciel l’aidera

Alice Steenhouwer rappelle que le médecin n’est pas impuissant face à cette situation. Il peut notamment amener l’aidant à prendre conscience de son rôle. « Ce serait déjà un progrès si davantage de praticiens pouvaient prendre deux ou trois minutes dans une consultation pour faire comprendre aux aidants qu’ils doivent penser à se préserver », indique-t-elle. « La parole d’un professionnel de santé sera toujours écoutée sur ce genre de sujets. »

Mais le médecin peut aussi indiquer à son patient les portes auxquelles il peut frapper. « Je ne veux pas dire que notre association est la meilleure des ressources », indique Alice Steenhouwer. « Mais nous sommes une passerelle pour les gens qui ont peur ou qui manquent de temps. »

« Avec nos proches » propose notamment une ligne téléphonique gratuite dédiée aux aidants, grâce à laquelle ils peuvent notamment discuter avec des bénévoles. Ceux-ci sont tous d’anciens aidants, et ils ont vécu des situations similaires à celle de la personne qui appelle. Ils peuvent aider à faire face à la maladie d’un proche, mais aussi à indiquer où se trouve la solution dans le maquis des aides financières et matérielles auxquelles les aidants peuvent prétendre.

Bref, pour soulager les aidants, quelques mots peuvent parfois suffire. Et le médecin peut faire la différence.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

 

Vous aimerez aussi

Le déficit de l'assurance maladie sera multiplié par 4 en 2030

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.