L'entretien d'embauche sans embûches

L’entretien d’embauche… Pas de panique ! Ce ne doit pas être facteur de stress, il s’agit d’un pur exercice de style. Le point sur les règles à suivre, avec Annie Cottet, psychologue et membre titulaire de la société francaise de coaching.

SE POSER LES BONNES QUESTIONS

Première chose : un entretien d’embauche ça se prépare !

Si le poste demandé correspond bien à ses aspirations, mieux vaut coller à l’esprit de l’interlocuteur.

Comme l’explique Annie Cottet, « pour s’ajuster, il faut se décentrer de soi et se demander à qui on aura à faire ». S’interroger sur ses intérêts, ses objectifs, ses attentes… Faute de réponses, on pourra toujours se renseigner a priori sur son recruteur potentiel et ainsi alimenter des « hypothèses » de départ, qui serviront de base-line pour sa préparation. Exemple : si le futur boss aime la recherche, insister sur nos compétences en matière de publications. Une évidence ? oui, bien sûr… mais tellement peu appliquée…

 

EXPLOITER SON LEADERSHIP

Tandis que le pouvoir de décision revient au recruteur, le pouvoir d’influence appartient au recruté.

Encore faut-il savoir le prendre ! Autrement nommé leadership, il se nourrit de notre force de conviction. Selon Annie Cottet : « il faut prendre la main ». Comment ? En prenant la parole lorsqu’on nous la donne, tout simplement, en respectant notre position de « demandeur » et celle de l’interlocuteur.

Attention, toute formulation interrogative sur la nature du poste, le fonctionnement de l’équipe (etc.) est à proscrire, au profit de tournures déclaratives.

 

FAIRE PREUVE D’HUMILITÉ

Il peut être tentant de se mettre au même niveau que le recruteur, de sympathiser ou de jouer les exigeants, en questionnant sur le poste notamment.

Mais mieux vaut éviter cet écueil. « Il faut accepter sa position de demandeur » insiste la coach.

Et ainsi « se dégager » de l’importance que revêt cet entretien.

Autrement dit, il faut la jouer franco ! Montrer qu’on tient à ce poste comme à la prunelle de nos yeux n’a rien de honteux.

Au contraire : « Exprimer son désir d’obtenir le poste est une manière de reprendre la main au cours de l’entretien» encourage A. Cottet. Parce que le simple fait d’assumer sa position reflète une aisance identitaire humble et affirmée.

 

EN BREF : « Pour bien se comprendre soi-même, il faut être compris par l’autre. Et pour être compris par l’autre, il faut comprendre l’autre. »

Portrait de La rédaction
article du WUD 14

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.