« Le bon médecin, c’est celui qui sait chercher l’info »

Aider le praticien dans sa pratique quotidienne en lui fournissant une information pragmatique, de qualité, accessible en un clic et un coup d’œil : c’est le pari des auteurs qui nourrissent les contenus de la plateforme ClinicalKey Now. Témoignage.

 

La science, c’est le partage ! Avec Internet, les connaissances médicales n’ont jamais été aussi accessibles. Mais encore faut-il savoir fouiller… et c’est là que le bât blesse. Quand un médecin veut avoir accès à une information - dernière reco, symptôme douteux… - il se perd souvent dans l’immensité de la Toile et de ses informations plus ou moins qualitatives.

D’où l’idée de réunir dans un outil unique toutes les informations utiles à la pratique quotidienne des médecins. Sur la plateforme ClinicalKey Now, entre autres contenus, on trouve ainsi de nombreuses fiches de synthèses cliniques, rédigées par des spécialistes reconnus dans leur domaine.

 

« L’info est beaucoup plus accessible »

« Il s’agit de fiches, de protocoles à destination des praticiens, qui posent les règles de bonnes pratiques édictées par les sociétés savantes », explique le Pr Philippe Deruelle, chef du pôle Gynécologue-obstétrique du CHRU de Strasbourg et auteur de fiches sur ClinicalKey Now. « Elles sont régulièrement remises à jour. Leur intérêt, c’est qu’elles sont beaucoup plus accessibles que ne l’est l’information sur Internet : le médecin n’a pas à lire tout le texte pour trouver son renseignement : il tombe directement sur l’information qui l’intéresse »,

Toutes les fiches sont structurées selon la même architecture, pour une lecture facilitée : mise en garde (essentiels de la pathologie) et vue d’ensemble ; diagnostic clinique de la pathologie, examen paraclinique à proposer en fonction des symptômes ; prise en charge thérapeutique en fonction des symptômes et des examens ; suivi. Par le biais d’un algorithme, ces fiches donnent lieu à des arbres décisionnels qui ont pour objectif d’épauler le médecin dans sa prise de décision clinique.

« Cette architecture permet de s’adapter aux différents contextes. Par exemple, dans la fiche « fausse couche », on va avoir tout le diagnostic différentiel, puis tous les examens et la prise en charge. Sur la fiche « fausse couche à répétition », on va plutôt axer sur la prévention : quels examens pour trouver les causes, et que faire si l’on ne trouve pas de cause... Et sur l’IVG, on va beaucoup plus insister sur l’accompagnement », détaille Philippe Deruelle.

 

Un processus éditorial rigoureux

Ces fiches sont conçues selon un processus éditorial très strict. « Elles ne sont pas les reflets de l’opinion des auteurs ; elles s’appuient sur les toutes dernières règles de bonnes pratiques. S’il n’y a pas de consensus entre la HAS, les sociétés savantes, ou l’ANSM, on doit faire une proposition cohérente qui tienne compte de ces divergences. Par ailleurs, ces fiches peuvent évoluer en fonction de l’état des connaissances, il suffit de refaire une partie de l’algorithme, nul besoin de tout réécrire. »

Côté relecture, c’est un comité éditorial qui s’attelle à vérifier « la pertinence intellectuelle et pratique de la rédaction », et qui vérifie chacune des informations pour écarter tout risque d’erreur. « Il y a plusieurs relectures successives et rigoureuses. C’est un gage de sérieux et de qualité », ajoute le Pr Deruelle.

 

« Le cerveau ne peut pas tout retenir »

Evidemment, ces arbres décisionnels n’ont en aucun cas vocation à remplacer le savoir du médecin ; il s’agit simplement de l’épauler. « L’homme est ce qu’il est, et le cerveau ne peut pas tout retenir. Selon moi, un bon médecin, ce n’est pas quelqu’un qui connaît tout, mais quelqu’un qui sait bien chercher. Et le médecin moderne, celui qui sait utiliser les ressources numériques et accompagner les patients avec les technologies. »

Partager le savoir à travers un outil ultra-pratique ; permettre au médecin de trouver son info en un coup d’œil, au cours d'une consultation : tels sont les objectifs de ces fiches de synthèse clinique. Elles répondent aussi, pour les auteurs, à une vocation, comme l’explique le Pr Deruelle. « J’ai accepté de les rédiger car après tout, j’ai une fonction de professeur des universités, j’ai cette casquette d’enseignant qui doit simplifier, synthétiser, clarifier. Par ailleurs, je sais que les jeunes sont très demandeurs d’outils qui leur simplifient la tâche, notamment d’outils numériques. Ces outils ont la capacité à s’intégrer facilement dans leur pratique et c’est tant mieux ! »

 

Un outil qui vous guide du diagnostic au traitement, et vous accompagne partout... ça vous dit ? Testez-le ici !

 

Plus, plus, plus de connaissances médicales ! What’s up Doc s’engage avec Elsevier en faveur d’un accès renforcé au savoir.

Portrait de Marion Guerin

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. La santé humaine, animale et environnementale, interdépendantes ? C’est en tout cas l’avis de nombreux chercheurs qui défendent le...

Presse auscultée - C'est une première mondiale. Aux Etats-Unis, une femme a été diagnostiquée d'un syndrome d'auto-brasserie urinaire. 

Le centre Léon Bérard a présenté les résultats d'études menées ces dix dernières années pour mieux connaître les facteurs de risque de certains...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.