La maison de santé, cette célèbre inconnue

Rencontre avec le Dr Pierre De Haas

Les maisons de santé, on en parle beaucoup, mais qu’est-ce que c’est exactement ? Et comment est-ce que ça fonctionne ? Pour éclaircir la question, pas de meilleur expert que le Dr Pierre De Haas : généraliste installé en maison de santé depuis 2007, il préside la Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS) et a publié cette année un livre sur le sujet*. Interview.

 

What’s Up Doc : Qu’est-ce au juste qu’une maison de santé ?

Dr Pierre De Haas : Il y a plusieurs catégories de professionnels de santé libéraux. Ceux qui travaillent tous seuls, isolés. Ceux qui se réunissent entre professionnels de la même catégorie (entre kinés, entre médecins généralistes…). Ceux qui se réunissent entre professionnels de différentes catégories (des médecins avec des kinés et des infirmières, par exemple), mais qui ne mutualisent que des moyens (les murs, par exemple). Et ceux qui, entre professionnels de catégories différentes, décident de prendre en charge ensemble une population sur un territoire donné, avec un projet de santé dans lequel on retrouve des items tels que l’accessibilité, le système d’information, la protocolisation des soins… Les maisons de santé concernent cette dernière catégorie de professionnels.

WUD : N’est-ce pas parfois difficile pour des libéraux de travailler en équipe ?

Dr PDH : C’est bien sûr un changement de culture très important. Quand je suis isolé, je ne rends de compte à personne. Dans une équipe, je dépends des autres, et les autres voient ce que je fais.

WUD : Le mode de rémunération principal de l’exercice libéral, le paiement à l’acte, est-il adapté à l’exercice de groupe ?

Dr PDH : Non, notre système très centré sur le paiement à l’acte pose un certain nombre de problèmes. Il incite à pratiquer un maximum d’actes, ce qui est contraire à la prise en charge de la santé à l’échelle d’un territoire. L’intérêt économique se trouve en conflit avec l’intérêt éthique. Heureusement, les rémunérations d’équipes, forfaitaires, se développent. Elles sont généralisées depuis février 2015. Pour l’instant, ils ne représentent qu’environ 5% en moyenne du chiffre d’affaires d’une maison de santé. Mais c’est un pied dans la porte du paiement à l’acte. Et surtout, cela peut payer un coordinateur, ou une partie du système d’information.

Lire la suite de l'interview ici.

* Monter et faire vivre une maison de santé, Editions Le Coudrier, mars 2015

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Pour certains, exercer en libéral est une évidence. Nicolas Caumon, chirurgien orthopédique à l'Hôpital privé Saint-François, dans l'Allier, fait...

Un site de rencontres entre professionnels de santé et communes de France ? C’est ce que propose depuis peu Comm’Une Opportunité, en partenariat avec...

Élise, 31 ans, est généraliste dans le village de Dachstein en Alsace. Cette région a été très impactée par la Covid-19. Elle raconte son année sous...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.