Expo' photos : les urgences de Dijon sublimées

Adrien Sauvage apprivoise les soignants

Jusqu’au samedi 30 septembre, les Archives départementales de Dijon (Côte-d’Or) exposent une série de photographies mettant en avant le côté humain des médecins urgentistes dans la prise en charge des patients.

Adrien Sauvage, jeune apprenti aux Archives départementales de la Côte-d’Or, en avait marre des reportages télévisuels sensationnalistes sur le sujet. Pendant un an, il s’est glissé dans le service d'urgences du CHU de Dijon. En immersion totale avec les soignants. Le but ? Insister sur les gestes de réconfort, et sur la solidarité et la complicité des équipes. « En somme, sur ces choses qui ne sautent pas forcément aux yeux lorsqu’en tant que patient, on se rend aux Urgences », explique le photographe dans le catalogue de l’exposition.

« Il a su se faire ouvrir la porte d’un monde complexe, exigeant, mal connu (et) se glisser, avec son appareil photo en guise de stéthoscope, chez nous, en toute simplicité, avec gentillesse et efficacité », peut-on lire dans un texte écrit par le Pr Bruno Mangola, chef de service des urgences du CHU de Dijon.

« Au pire, on meurt »

Les 24 images, dont What’s up Doc livre quelques extraits ci-dessous, montrent les 24 heures d’une journée, entre la régulation du SAMU, la prise en charge par le SMUR, l’arrivée à l’Hôpital, les soins d’urgence, les opérations au bloc, jusqu’à la prise de relais par les équipes concernées en fonction de la pathologie. Le photographe a également pris le soin d’écouter ce que disent les urgentistes.

Parmi les verbatims : « En médecine d’urgence, il faut prendre le temps d’aller vite », « aux urgences, on est d’avantage capable de dire ce que les gens n’ont pas plutôt que ce qu’ils ont »,  « il est plus facile de garder les gens plutôt que de les laisser partir », « au pire, on meurt ».

L’exposition est à découvrir jusqu'au samedi 30 septembre, du lundi au vendredi de 8h30 à 17 heures, aux Archives départementales de la Côte-d’Or, 8 Rue Jeannin à Dijon. L’entrée est libre et gratuite.

(Crédits photos Adrien Sauvage)

Source: 

Thomas Moysan

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.