TROUVER UN POSTE
OU UN REMPLA'

rechercher
Vous devez choisir un critère
TROUVER SA FORMATION

voir les formations
TROUVER SA BOURSE
DE RECHERCHE

Bourse Prix

voir les bourses de recherche
Enquêtes
Nous, médecins de 2030
Médecine de demain : nouvel exercice, nouveaux métiers ?
What's up doc | numéro 36 | février 2018 | Alexis Delemar | Enquêtes
Réagir/commenter Ajouter aux favoris Envoyer Imprimer    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn+  Partager
S’inquiéter de savoir si l’intelligence artificielle fera disparaître les médecins, c’est un peu comme se demander si l’informatique a fait disparaître les maths. Manifestement non. Et même, la révolution numérique produit de nombreux métiers nouveaux.
Imaginez un barbier… non pas celui des hipsters, un barbier-chirurgien du style Ambroise à l’aube sur les champs de bataille. Pensez maintenant à votre meilleur confrère urologue parfaitement entraîné sur un avatar de réalité virtuelle et opérant au robot une prostate précartographiée en 3D. Quel chemin parcouru par la chirurgie en 4 siècles ! Or la révolution en cours sera au moins aussi importante, mais se déroulera en moins de 30 ans… Isaac Asimov aurait apprécié le délicat exercice d’anticipation des métiers médicaux en devenir.

Le médecin augmenté 3.0

Les spécialités techniques, notamment d’imagerie, évolueront vers un exercice assisté par les algorithmes de Machine Learning, particulièrement les réseaux de neurones. Au praticien du futur de comprendre d’où viennent les données, comment elles influencent les résultats. Il devra utiliser le bon algorithme en fonction de chaque patient, sachant que ces outils ne sont pas de simples outils techniques mais bien le résultat de programmes qui véhiculent un projet politique influencé par leurs concepteurs (1).

Les médecins devront ainsi intégrer dans leur démarche diagnostique et thérapeutique des variables multiparamétriques et prédictives d’un état de santé ou de l’efficacité d’un traitement. Une lésion pourra en prédire une autre et le logiciel en indiquera le pourcentage de risque. La médecine sera quantitative, personnalisée et guidée par des arbres décisionnels algorithmiques (2).

Le rôle du médecin sera renforcé dans l’exposition d’une problématique médicale pertinente et dans le choix des outils proposés, pour aboutir à un résultat le plus performant possible chez un patient donné compte tenu de sa situation.

Enfin, l’intelligence émotionnelle et l’empathie seront des capacités humaines-clés qui nous distinguent encore des machines et qu’il conviendra de préserver…

(Cliquer sur l'image pour agrandir)


Les nouveaux professionnels de la e-santé

En première ligne le Data Scientist, expert dans le traitement de données de masse variées, apportera beaucoup de réponses. Encore faudra-t-il qu’il se pose les bonnes questions.

Il travaillera en étroite collaboration avec les médecins pour développer les solutions techniques adaptées aux besoins métier : analyse statistique de biomarqueurs cliniques, biologiques, radiologiques ou génomiques pertinents pour une prise en charge personnalisée (3) ; conception de réseaux de neurones d’analyse médicale (radiologie, anatomopathologie, génétique…) ; mais aussi structuration, optimisation et valorisation des datas médicaux. La création d’un Bio-Data Lab, équipe multidisciplinaire associant médecins et ingénieurs, sera la norme au sein des établissements de santé.

Par ailleurs, le champ du droit et de l’éthique appellera aussi de nouvelles compétences pour traiter des questions de e-santé (voir Éthique : opération transparence pour les algorithmes)

Ça va bouger dans les métiers de la santé !

Sources
(1) À quoi rêvent les algorithmes, Dominique Cardon, Sciences humaines - Seuil [Internet]. [cité 10/01/18].
(2) Where radiologists see the added value of machine learning [Internet]. Sectra Medical. [cité 10/01/18].
(3) L’Intelligence artificielle peut réduire l’indication d’une chirurgie additionnelle après résection endoscopique d’un cancer colorectal [Internet]. Santé connectée et télémédecine. [cité 10/01/18].
What's up doc | numéro 36 | février 2018 | Alexis Delemar | Enquêtes
Réagir/commenter Ajouter aux favoris Envoyer Imprimer    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn+  Partager
LES AUTRES ARTICLES « NOUS, MÉDECINS DE 2030 »
LIRE AUSSI...
FABIEN BRIGANT
Fabien Brigant, 31 ans, chef de clinique en médecine d’urgence à Paris
NUTRIDIAL : SUIVI DE PATIENTS SOUS DIALYSE
Trois millions de Français sont touchés par l’insuffisance rénale, dont près de 41 000 concernés par la dialyse. Pour ces (...)
L’HOMÉOPATHE EST UN MÉDECIN COMME LES AUTRES
Tempête dans un verre d’eau pour les uns, véritable révolution pour les autres, le phénomène #Fakemed qui agite actuellement (...)