TROUVER UN POSTE
OU UN REMPLA'

rechercher
Vous devez choisir un critère
TROUVER SA FORMATION

voir les formations
TROUVER SA BOURSE
DE RECHERCHE

Bourse Prix

voir les bourses de recherche
E-santé > Projets e-santé
Médecin et startupper
L'avis de l'expert : Christine Calinaud
What's up doc | numéro 31 | avril 2017 | Adrien Renaud | E-santé
Réagir/commenter Ajouter aux favoris Envoyer Imprimer    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn+  Partager
Christine Calinaud est responsable des programmes e-santé au Lab Santé Île-De-France, une association qui met en relation les porteurs de projets innovants avec leur écosystème. Son conseil aux startuppers surbookés : travailler en réseau. 

What’s up Doc. Les startuppers que vous rencontrez ont-ils souvent des difficultés à concilier leur projet avec une autre vie de professionnelle ?

Christine Calinaud.Oui, c’est très commun, et cela ne concerne pas uniquement les médecins. Quand on monte une startup, il faut se documenter sur l’écosystème, les financements, l’environnement juridique, les ressources humaines… Cela demande du temps, parce qu’en début de projet, on ne peut pas avoir toutes ces compétences. 

WUD. Comment peut-on résoudre ce problème ? 

CC. Il n’y a pas cinquante stratégies. D’abord, il faut savoir s’entourer : trouver les partenaires, les collaborateurs, les associés qui ont des compétences complémentaires à celles du porteur du projet. Ensuite, il faut solliciter des structures telles que la nôtre. Être dans un réseau, être conseillé, cela fait gagner du temps. 

WUD. Concrètement, que peut apporter une association comme le Lab Santé Île-De-France à un médecin startupper pressé ? 

CC. Nous faisons l’intermédiaire entre les offreurs de solutions innovantes et leurs futurs utilisateurs, pourvu que l’innovation en question nous paraisse réellement utile pour le système de santé. Si une startup cherche un terrain d’expérimentation, par exemple, elle va appeler à droite à gauche. Tout le monde peut faire cela. Mais nous, nous connaissons l’écosystème, les priorités du régulateur, etc. Nous pouvons cibler le bon terrain, aider à présenter l’offre de manière à ce qu’elle soit bien entendue. L’un de nos principaux objectifs, c’est d’accélérer les choses pour que la solution innovante trouve son marché le plus rapidement possible. 

What's up doc | numéro 31 | avril 2017 | Adrien Renaud | E-santé
Réagir/commenter Ajouter aux favoris Envoyer Imprimer    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn+  Partager
LIRE AUSSI...
LET’S SEA-MULATE
Pour se préparer aux interventions médicales en milieu maritime, les médecins et les gens de la mer reçoivent des formations (...)
JOUR DE FOIRE (AUX DOCTEURS) À BUCAREST
Face à une démographie médicale fléchissante, de nombreux établissements sont tentés de faire leur marché à l’étranger. (...)
GOING TO CARDIFF : TROISIÈME PARTIE
Une expérience à l’étranger pour un généraliste, ça peut être une occasion de se tourner vers des activités moins développées (...)