TROUVER UN POSTE
OU UN REMPLA'

rechercher
Vous devez choisir un critère
TROUVER SA FORMATION

voir les formations
TROUVER SA BOURSE
DE RECHERCHE

Bourse Prix

voir les bourses de recherche
Enquêtes
Au menu de la présidentielle
Tripote-moi l’Ondam avec les lois !
What's up doc | numéro 31 | avril 2017 | Yvan Pandelé, Adrien Renaud, Alexis Delemar, Imène Hamchiche, Alexia Farry, Alice Deschenau et Matthieu Durand | Enquêtes
Réagir/commenter Ajouter aux favoris Envoyer Imprimer    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn+  Partager
Chaque année, les parlementaires fixent un plafond aux dépenses de santé via l’Objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam). Enjeu majeur de la présidentielle, ce sujet est traité de manière un peu leste par les candidats.

L’Ondam, c’est un peu comme le sexe : il y a ceux qui osent en parler en public et ceux qui préfèrent ne pas s’étendre. Et c’est un peu, aussi, comme pour les frites McCain : ceux qui se taisent ne sont pas forcément ceux qui en font le moins… Certains candidats ne mentionnent même pas le mot « Ondam » dans leur programme. Parmi ces grands pudiques, on trouve Marine Le Pen. Curieux silence de la part de celle qui veut garantir « le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’Assurance maladie », sans se priver d’« augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière ».

Le prude Benoît Hamon, lui non plus, ne pipe mot de l’Ondam. Son discours sur le financement de la santé est pourtant axé sur un « droit à la santé universel » qui ne sera pas sans coût. Même discrétion chaste du côté de Nathalie Arthaud, dont le programme consiste notamment à « embaucher massivement dans tous les services publics où le personnel manque cruellement », à commencer par « les hôpitaux ».

Plus c’est gros, mieux c'est

Heureusement pour les amateurs de grivoiseries budgétaires, d’autres candidats se risquent à évoquer l’Ondam. À commencer par François Fillon, qui entend limiter sa progression « en deçà de 2 % chaque année ». Pour rappel, l’évolution naturelle des dépenses de santé est de l’ordre de 4 %. Il faudra donc en passer par un plan d’économie (voir encadré ci-contre). À sec. Cela risque de faire d’autant plus mal que François Fillon prévoit des dépenses nouvelles, avec notamment un « reste-à-charge zéro pour les audioprothèses, l’optique, les prothèses dentaires et les dé- passements d’honoraires ».

D’autres candidats prévoient au contraire de mettre un peu de lubrifiant et de desserrer l’Ondam. Emmanuel Macron entend le laisser généreusement filer au rythme de 2,3 % de croissance par an, quand Nicolas Dupont-Aignan évoque un orgasmique 3 %. C’est que pour ces deux candidats, la santé n’est pas qu’une dépense. C’est un gisement de croissance économique. De quoi éveiller une certaine concupiscence.

___________________________________________________________________________________________

Au fait, les sous, on les prend où?

Si tous les candidats envisagent d’augmenter au moins certaines des dépenses de santé, ils ne sont pas non plus avares en mesures d’économie. Florilège.

Nathalie Arthaud. « Financer ce qui est nécessaire en prenant sur les profits des industriels et des financiers. »

François Fillon. Mettre en œuvre un plan d’économie de « 20 milliards sur cinq ans grâce à des efforts d’efficience ».

Benoît Hamon. Miser sur « la stratégie des coûts évités » en mettant l’accent sur la prévention.

Marine Le Pen. « Réaliser des économies en supprimant l’AME réservée aux clandestins, en luttant contre la fraude. »

Jean-Luc Mélenchon. Renégocier les « prix exorbitants exigés par certains laboratoires pharmaceutiques et certaines catégories de professionnels. »

 

What's up doc | numéro 31 | avril 2017 | Yvan Pandelé, Adrien Renaud, Alexis Delemar, Imène Hamchiche, Alexia Farry, Alice Deschenau et Matthieu Durand | Enquêtes
Réagir/commenter Ajouter aux favoris Envoyer Imprimer    Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn+  Partager
avatar homme
Matthieu G
Inscrit depuis le 7 juin 2017

Ondam OK, mais d'où cela vient?

Il est important de noter que l'ONDAM est déterminé par les programmes de stabilité. En regardant les programmes de stabilité, on s’aperçoit qu'il s'agit de la transcription, en langue française et en droit français, à l'exactitude, des recommandations des GOPE de la Commission Européenne (Cf Annexe 4 du Plan National de Réformes 2015 et Annexes multiples du Programme de stabilité 2017-2020). L'ONDAM est ensuite voté par le parlement, et le groupe de travail sur le pilotage des dépenses de santé veille à ce qu'il n'y ai pas d'écart à l'ONDAM pendant l'année affectée. Traduction: peu importe le gouvernement majoritaire, l'ONDAM découle directement de la politique décidée à Bruxelles. Cette politique est une politique de rigueur et d’austérité, spécialement envers la santé. Elle est très bien résumée (point par point) dans les annexes de chaque PNR. Pour savoir à quelle sauce nous allons nous faire manger, je vous encourage à y jeter un œil. PS: les GOPE 2017 sont désormais disponibles.

mercredi 7 juin 2017 à 12:15
LES AUTRES ARTICLES « AU MENU DE LA PRÉSIDENTIELLE »
LIRE AUSSI...
FRENCH DOCTOR
Une fois sur place, on se détend, les vacances commencent réellement. Mais on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise.(...)
LES REVUES NE SONT PAS INTÉRESSÉES PAR LA SCIENCE!
Richard Horton, le rédac’ chef du Lancet, a tiré lui-même la sonnette d’alarme, voire la fin de la récré, pour tous ceux (...)
UN MÉDECIN, ÇA SE SOIGNE TOUT SEUL
Pour bien soigner ses patients, il faut soi-même être en bonne santé. Et pourtant, les médecins rechignent à aller consulter (...)